Rôles et Légendes


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dieux de A à I

Aller en bas 
AuteurMessage
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Dieux de A à I   4/7/2007, 03:44

Adad est le dieu de l'Orage de la Mésopotamie ancienne. Il représente d'une manière générale les éléments climatiques, dont la pluie. A ce titre, il apparaît comme un dieu de la fertilité. Cet aspect est marqué par son animal-symbole, le taureau. Il partage ces traits avec ses pendants amorrite (Addu), hourrite (Teshub), araméen (Hadad). En Basse-Mésopotamie, il est assimilé au dieu sumérien Ishkur, qui a cependant un aspect destructeur plus marqué. Le dieu de l'Orage est d'une manière générale le grand dieu des peuples antiques de Haute-Mésopotamie, de Syrie et d'Anatolie.

Du point de vue généalogique, Adad est le fils d'Anu et de Ki, et sa parèdre est Shalla.






Amurru(m), Mar.tu en sumérien, est une divinité incarnant le peuple amorrite dans le panthéon du Proche-Orient ancien. Cela n'a cependant pas fait de lui une des divinités les plus vénérées des Amorrites, qui lui préféraient Addu, Dagon, ou bien les divinités traditionnelles de Mésopotamie.

En Basse Mésopotamie, il est le personnage principal du mythe du Mariage de Martu, dans lequel il représente le peuple des nomades amorrites qui se mêle aux sédentaires du pays de Sumer et d'Akkad.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Dieux de A à I   4/7/2007, 03:47

An (en sumérien), Anu (en akkadien), était considéré dans la mythologie mésopotamienne comme le dieu du ciel, de la végétation ainsi que de la pluie ; il était le père de tous les dieux. Il habitait un royaume dans les cieux ; on disait de lui qu'il avait le pouvoir de juger tous les criminels. Il était notamment le père d'Enlil et d'Enki.

Bien qu'initialement considéré comme le seigneur des dieux, il fut progressivement supplanté par Enlil puis Marduk, jusqu'à être relégué à un simple rôle de métaphore pour désigner les cieux. On attribue souvent cette chute au déclin de la ville d'Uruk, le lieu de son culte principal. Très rarement représenté dans l'art, ses attributs restent obscurs ; la tiare pourrait le représenter de manière symbolique.





Dans les récits les plus anciens de la mythologie mésopotamienne, le terme Anunnaki (akkadien) ou Anunnaku, du summerien A-nun-na(k) « progéniture du prince », désignait la classe dirigeante des dieux.

Les divinités étaient reparties en deux groupes. D'un côté les Anunnaki qui gouvernaient le monde et résidaient aux cieux, de l'autre les Igigi chargés de pourvoir au besoins matériel de la classe supérieure et vivant sur terre. Les décisions étaient prises par le conseil de Anunnaki supervisé par Anu le roi des dieux, puis plus tard par Enlil son successeur. L'épopée d'Atrahasis (ou poème du Supersage) raconte comment les Igigi, épuisés par le travail, brûlèrent leurs outils et se révoltèrent contre les Anunnaki. Pour les remplacer et pour apaiser Enlil qui voulait les exterminer, Enki proposa la création d'un nouvel être, l'homme.

Sans que l'on sache à quel moment ni pour quelle raison, la signification des termes Anunnaki et Igigi s'est inversée. C'est ainsi que dans certains récits, Igigi désigne les dieux célestes et Anunnaki les divinités chthoniennes. Dans l'épopée de Gilgamesh, par exemple, les anunnaki sont les juges des enfers.

Dans le récit de la création Babylonienne (l'Enuma Elish), le Dieu Marduk qui succède à Enlil à la tête du panthéon, fixe le nombre des dieux à 600. Il les divise ensuite en deux groupes, Les Igigi au cieux et les Anunnaki sur terre. Par contre si l'on se réfère au mythe de la descente d'Inanna aux Enfers, les Anunnaki occupent la fonction de juges des enfers et sont au nombre de 7.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Dieux de A à I   4/7/2007, 03:48

Anzû ou Zu est à l'origine une divinité sumérienne nommée Imdugud. Il s'agit d'un aigle léontocéphale. Anzû est son nom akkadien. L'épopée de Ninurta rapporte qu'à l'origine Anzû était le serviteur du puissant dieu Enlil. L'oiseau tonnerre (il pouvait déchaîner la foudre) rêvait cependant de puissance. Or son maître possédait les "tables du destin" qui, comme leur nom l'indique, permettaient à celui qui les possédaient de commander le destin de tout être. Profitant d'un bain pris par son maître, Anzû lui déroba les tables et s'enfuit.

Parmi les dieux terrifiés, seul le héros Ninurta se résolut à affronter Anzû. Après un combat acharné, il parvint à lui briser les ailes. La suite de l'épopée est manquante. Il est probable que Ninurta finisse par tuer Anzû.





L'apsû (ou abzu en sumérien) est le nom du dieu de l'océan souterrain d'eau douce dans la mythologie sumérienne et akkadienne. Selon cette croyance, les lacs, sources, rivières, puits et autres points d'eau douce découle tous d'Apsû.

Le dieu sumérien Enki (Éa en akkadien) commenca à vivre dans les eaux d'Apsû avant même que les êtres humains voient le jour. Sa femme Damgalnuna, sa mère Nammu et une variété de créatures subordonnées y résident également.

À Eridu, le temple d'Enki portait le nom d'E-abzu (le "temple abzu"). Certaines citernes d'eau sacrée, dans la cour des temples de Babylone et d'Assyrie, étaient également appelés apsû ou abzu. Utilisées dans un but de purification religieuse, ces citernes peuvent être considérées comme des précurseurs d'installations similaires dans les mosquées islamiques, ou encore des fonts baptismaux dans les églises chrétiennes.

Apsû est aussi dépeint comme une divinité distincte, mais seulement dans l'épopée babylonienne de la Création, le Enûma Elish. Dans cette histoire, Apsû a les traits d'un monstre primitif composé d'eau douce, et se révèle l'amant d'une autre divinité primitive, Tiamat, une créature d'eau salée.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Dieux de A à I   4/7/2007, 03:49

Assur est la divinité tutélaire de la ville d'Assur, et de l'Assyrie.

À l'origine, Assur est peut-être la divinisation de l'éperon rocheux sur lequel est bâtie la ville d'Assur, et sur lequel se trouve justement son temple. Le caractère propre à Assur est difficile à définir ; c'est peut-être à l'origine une divinité de la fertilité.

Dès les premiers temps de la cité-état d'Assur, dans la première moitié du IIe millénaire av. J.-C., Assur est présenté comme le véritable roi de la ville, le souverain humain n'étant qu'un prince (rubūm), ou, plus révélateur, le « vicaire d'Assur » (iššiak Aššur). Si à partir de la seconde moitié du IIe millénaire les rois assyriens prennent le titre de « roi » (šarru), cette relation ne change pas, comme le marque le fait que, à chaque couronnement d'un nouveau roi, on proclame « Assur est roi ! », pour signaler que le dieu est le véritable maître du royaume. Il existe donc une relation particulière entre le dieu et l'Assyrie. Le roi n'est que l'exécutant des volontés d'Assur, et effectue les conquêtes pour la gloire de ce dieu, souvent sous ses injonctions, et bien sûr sous sa protection. Assur est donc devenu une sorte de « divinité impérialiste » au fur et à mesure que l'Assyrie a affirmé ses ambitions à la domination universelle.

Assur a été identifié aux principales divinités du panthéon mésopotamien, en premier lieu Enlil, roi des dieux. Il fut aussi identifié à Anshar (par similitude phonétique), divinité primordiale de la tradition mésopotamienne. Il prend ensuite des traits de Mardouk, dieu de Babylone, quand celui-ci devient prépondérant à la fin du IIe millénaire. Au VIIe siècle av. J.-C., une version de l'Enuma Elish est écrite à Assur, substituant Assur à Mardouk, et on transposa la fête du Nouvel An babylonienne à Assur. Un autre texte, l'Ordalie de Marduk, raconte comment Mardouk est jugé par un tribunal des dieux présidé par Assur.

Il y a donc eu un courant cherchant à affirmer la suprématie d'Assur sur Mardouk en même temps que l'Assyrie imposait sa domination sur Babylone. À l'apogée de l'empire assyrien aux VIIIe-VIIe siècles, Assur est une divinité supérieure aux autres, et il semble même que parfois les autres divinités tendent à être considérées comme des parties d'Assur. Par un jeu d'écriture courant en Mésopotamie, on a appuyé cet aspect en jouant sur le nom d'Anshar, qui est marqué par des signes cunéiformes ayant à la fois une valeur phonétique et une valeur idéographique : AN (= DINGIR, « le dieu ») et ŠAR (= 3600 = « la totalité », « l'infini »), et Assur devient « le dieu de la totalité ».

Le culte d'Assur est pourtant resté limité à l'Assyrie, et il ne se répandit jamais en dehors de ce pays, duquel il était trop indissociable. Son culte perdure après la chute de ce royaume en 612, la ville d'Assur vénérant toujours un dieu nommé Assor selon les sources grecques de l'époque hellénistique. Il disparaît ensuite avec la ville quand celle-ci est abandonnée.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dieux de A à I   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dieux de A à I
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EVENT] Omnia, la fête de tous les dieux
» Bob marley c'est dieux
» Après la folie des dieux....[PV Shion, Urio]
» Apprentis Dieux
» Liste des dieux disponibles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rôles et Légendes :: L'univers mythologique :: Europe méditerranéenne Sud et Moyen-Orient :: Mésopotamienne-
Sauter vers: