Rôles et Légendes


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Apollodore

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 06:49

Livre III, 4, 2-3

III, 4, 2. Afin d'expier leur mort, Cadmos dut se mettre au service d'Arès durant une Grande Année, c'est-à-dire pendant huit ans. Une fois sa période de servitude achevée, Athéna lui remit le royaume, et Zeus lui donna comme épouse Harmonie, la fille d'Arès et d'Aphrodite. Tous les dieux quittèrent le ciel et descendirent dans la Cadmée pour festoyer, en célébrant par des hymnes les noces de Cadmos et d'Harmonie. Cadmos lui offrit un péplos et un collier ouvragé par Héphaïstos ; certains disent qu'Héphaïstos lui-même en avait fait don à Cadmos ; Phérécyde, lui, soutient qu'Europe le lui avait offert, qu'elle-même l'avait reçu de Zeus. Cadmos eut quatre filles, Autonoé, Ino, Sémélé et Agavé ; et un fils, Polydoros. Ino épousa Athamas, Autonoé Aristée, et Agavé Échion.

III, 4, 3. Zeus tomba amoureux de Sémélé ; il s'unit avec elle, en cachette d'Héra. Zeus accorda à la jeune fille de lui demander tout ce qu'elle voulait ; et Sémélé, à la suite d'un conseil trompeur d'Héra, lui demanda de se montrer à elle, au moment de faire l'amour, de la même manière qu'il se montrait à Héra. Zeus ne pouvait pas refuser : il s'approcha du lit de Sémélé sur son char, parmi les tonnerres et les éclairs, et il lança la foudre. Sémélé mourut de peur. Zeus retira des flammes le bébé de sept mois que la jeune fille portait en son ventre, encore prématuré, et il le cousit dans sa cuisse. Après la mort de Sémélé, les autres filles de Cadmos firent courir la rumeur que leur sour s'était unie à un individu quelconque, et qu'elle avait menti en accusant Zeus ; c'est pourquoi elle avait été foudroyée. Le moment venu, Zeus défit les coutures de sa cuisse, mit au monde Dionysos, et le confia à Hermès. Celui-ci le mena à Ino et Athamas ; il les persuada de l'élever comme s'il s'agissait d'une petite fille. Mais la déesse Héra, indignée, les frappa de folie. Athamas, prenant pour un cerf son fils aîné Léarchos, le pourchassa et le tua ; Ino jeta Mélicerte dans un chaudron d'eau bouillante puis, en tenant le cadavre de son enfant, elle se précipita dans les profondeurs de la mer. Elle fut dès lors appelée Leucothéa, et son enfant, Palémon. Ces noms leur ont été donnés par les marins qu'ils secourent lors des tempêtes. En l'honneur de Mélicerte, Sisyphe institua aussi les Jeux Isthmiques. Zeus, pour soustraire Dionysos à la colère d'Héra, le métamorphosa en chevreau, et Hermès le porta aux Nymphes qui habitent Nysa, en Asie ; par la suite, Zeus les changea en étoiles, et les appela Hyades.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 06:49

Livre III, 4, 4

III, 4, 4. Autonoé et Aristée eurent un fils, Actéon ; élevé par Chiron, il devint chasseur. Quelque temps plus tard, sur le Cithéron, il fut dévoré par ses propres chiens. D'après Acousilaos, c'est à cause de Zeus, en colère contre lui, parce qu'il tentait de séduire Sémélé ; mais en général on rapporte qu'il mourut pour avoir vu Artémis comme elle se baignait. La déesse le métamorphosa immédiatement en cerf, fit devenir enragés les cinquante chiens qui le suivaient, et ces derniers, qui ne le reconnurent pas, le dévorèrent. Après la mort d'Actéon, les chiens cherchèrent leur maître, et gémirent jusqu'au moment où ils arrivèrent à la grotte de Chiron. Celui-ci fabriqua une image d'Actéon, grâce à laquelle les chiens guérirent de la rage.

Des chiens d'Actéon, voici les noms [...]

..............................................................Ainsi

Ils encerclèrent le beau corps, devenu celui d'une bête désormais,

Et ils le dévorèrent, les puissants chiens. Voici tout d'abord Archéna,

[...] puis ses enfants vigoureux,

Lyncéos et Balios, aux pattes imbattables, et Amarynthos.

Il les appela tous par leur nom [...]

[...] Ainsi Actéon trouva la mort, par la volonté de Zeus.

Les premiers à boire le sang noir de leur maître

Furent Spartos et Omargos, et Borès le très véloce :

Ils furent les premiers à manger la chair d'Actéon, et à lapper son sang,

Et tous les autres, enragés, approchèrent [...]

Afin d'être un remède aux souffrances des hommes.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 06:50

Livre III, 5, 1

III, 5, 1. Après que Dionysos eut découvert la vigne, Héra le frappa de folie, et c'est ainsi qu'il erra à travers l'Égypte et la Syrie. Protée, roi d'Égypte, le premier l'accueillit. Il gagna ensuite le mont Cybèle, en Phrygie, où Rhéa le purifia, lui enseigna les rites d'initiation et lui donna son vêtement ; il traversa ensuite la Thrace et se dirigea vers l'Inde. Lycurgue, le fils de Dryas, et roi des Édones qui habitent sur les rives du fleuve Strymon, fut le premier à outrager Dionysos et à le chasser de son pays. Dionysos se réfugia alors dans la mer, auprès de Thétis, la fille de Nérée. Mais ses Bacchantes furent emprisonnées, ainsi que la multitude des Satyres de son cortège. Les Bacchantes furent aussitôt libérées, et Dionysos frappa Lycurgue de démence. Complètement fou, Lycurgue, persuadé de couper un sarment de vigne, atteignit de sa hache son fils Dryas, et le tua. Il lui avait déjà tranché toutes les extrémités, quand il recouvra la raison. Le pays fut frappé de stérilité, et le dieu prophétisa que la terre donnerait à nouveau des fruits si Lycurgue était mis à mort. Ayant entendu cela, les Édones le menèrent sur le mont Pangée et le ligotèrent ; ensuite, par la volonté de Dionysos, il fut mis en pièces par ses chevaux.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 06:50

Livre III, 5, 2-3

III, 5, 2. Après avoir traversé la Thrace, et l'Inde tout entière où il érigea ses colonnes, Dionysos arriva à Thèbes. Il contraignit les femmes à abandonner leurs maisons et à célébrer les rites bachiques sur le mont Cithéron. Penthée, le fils d'Agavé et d'Échion, à qui Cadmos avait laissé le trône, tenta de l'en empêcher. Il grimpa sur le Cithéron et épia les bacchantes ; mais sa mère, en proie au délire, le prenant pour une bête, le mit en pièces. Ayant révélé sa nature divine aux Thébains, Dionysos arriva à Argos ; une fois de plus, parce qu'on ne l'honorait pas comme il convient, il frappa les femmes de folie. Elles gravirent les montagnes et se nourrirent de la chair de leurs enfants, qu'elles allaitaient encore.

III, 5, 3. Pour se rendre par mer d'Icaria à Naxos, Dionysos paya sa place sur un navire de pirates tyrrhéniens. Ils le firent monter à bord, mais, après avoir dépassé Naxos sans y mouiller, ils firent voile vers l'Asie dans l'intention de le vendre comme esclave. Dionysos, alors, transforma en serpents les mâts et les rames, remplit la coque de branches de lierre et fit résonner les flûtes. Les pirates perdirent la raison, se précipitèrent dans les flots, et devinrent des dauphins. Ainsi les humains comprirent que Dionysos était un dieu, et ils l'honorèrent. Par la suite, il enleva sa mère de l'Hadès, l'appela Thyoné, et monta au ciel avec elle.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 06:50

Livre III, 5, 4

III, 5, 4. Cadmos et Harmonie quittèrent Thèbes, et se rendirent dans le pays des Enchéléens. Les Enchéléens avaient été attaqués par les Illyriens, et le dieu avait prophétisé qu'ils réussiraient à les vaincre s'ils mettaient à leur tête Cadmos et Harmonie. Ils suivirent l'ordre du dieu et, sous la conduite de Cadmos et d'Harmonie, ils vainquirent les Illyriens. Cadmos devint roi des Illyriens ; il eut un fils nommé Illyrios. Plus tard, métamorphosés en serpents, Harmonie et lui furent envoyés par Zeus aux Champs Élysées.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 06:51

Livre III, 5, 5

III, 5, 5. Polydoros devint roi de Thèbes ; il épousa Nyctéis, la fille de Nyctée, lui même fils de Chthonios, dont il eut un fils, Labdacos. Ce dernier mourut après Penthée, car il s'était comporté comme lui(1). Labdacos laissa un fils, nommé Laïos, âgé d'à peine un an. Tant qu'il resta enfant, le trône fut occupé par Lycos, le frère de Nyctée. Les deux frères avaient fui l'Eubée pour avoir tué Phlégyas, le fils d'Arès et de Dotis de Béotie. Ils s'étaient établis à Hyria, ensuite... en raison de leur amitié avec Penthée, ils étaient devenus citoyens de Thèbes. Lycos, que les Thébains avaient élu polémarque, prit le pouvoir et conserva le royaume pendant vingt ans, jusqu'à ce qu'il soit tué par Zéthos et Amphion, pour le motif suivant : Antiope était la fille de Nyctée, et Zeus fit l'amour avec elle. Quand elle fut enceinte, son père la chassa, et la jeune femme se réfugia à Sicyone, auprès du roi Épopée qu'elle épousa. Lors d'un accès de désespoir, Nyctée se donna la mort, ayant laissé à Lycos le soin de punir Épopée et Antiope. C'est ainsi que Lycos marcha sur Sicyone qu'il conquit ; il tua Épopée, et captura Antiope. En cours de route, près d'Éleuthères en Béotie, Antiope mit au monde deux jumeaux. Ils furent aussitôt exposés, mais un bouvier les trouva et les éleva ; il les appela l'un Zéthos et l'autre Amphion. Zéthos s'occupait du bétail ; Amphion, lui, s'entraînait au chant lyrique, avec l'instrument que lui avait donné Hermès. Lycos et sa femme Dircé avaient enfermé Antiope, et la maltraitaient continuellement. Or un jour, les liens qui maintenaient Antiope se défirent tout seuls ; la femme s'enfuit en cachette ; elle arriva à la cabane des deux garçons, et leur demanda l'hospitalité. Quand Zéthos et Amphion surent qu'il s'agissait de leur mère, ils tuèrent Lycos, et attachèrent Dircé à un taureau, puis ils jetèrent son cadavre au fond d'une source qui, de son nom, s'appela Dircé. Ayant pris le pouvoir, les deux frères fortifièrent la ville : les pierres suivaient le son de la lyre d'Amphion. Laïos fut expulsé de la ville ; il fut accueilli par Pélops, dans le Péloponnèse. Laïos enseigna à Chrysippe, le fils de Pélops, comment guider un char. Mais il tomba amoureux de lui, et l'enleva.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 06:51

Livre III, 5, 6

III, 5, 6. Zéthos épousa Thébè, qui donna son nom à la ville de Thèbes ; Amphion épousa Niobé, la fille de Tantale. Elle mit au monde sept garçons : Sipyle, Eupinytos, Isménos, Damasichthon, Agénor, Phaédimos, Tantale ; et sept filles : Éthodaia (ou Néère selon certains), Cléodoxa, Astyoché, Phthia, Pélopia, Astycratia, Ogygia. Hésiode, lui, dit que Niobé eut dix fils et dix filles ; Hérodore dit deux(1) fils et trois filles ; Homère six fils et six filles. Fière d'avoir tant de beaux enfants, Niobé se vanta un jour d'être une mère plus heureuse que Léto elle-même. La déesse, indignée, poussa Apollon et Artémis contre les enfants de Niobé. Toutes les filles furent tuées chez elles par les flèches d'Artémis ; et tous les garçons furent tués par Apollon, alors qu'ils chassaient ensemble sur le Cithéron. Parmi les garçons, seul Amphion se sauva, et parmi les filles, seule Chloris, l'aînée, qui épousa Nélée. Télésilla, pour sa part, déclare qu'Amyclas et Mélibée se sauvèrent et qu'Amphion fut tué par eux [les dieux]. Niobé quitta Thèbes et se réfugia auprès de son père Tantale, sur le mont Sipyle. Elle implora les dieux, et Zeus la changea en pierre ; nuit et jour, de cette pierre s'échappent des larmes.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 06:51

Livre III, 5, 7

III, 5, 7. Après la mort d'Amphion, le sceptre passa dans les mains de Laïos. Il épousa la fille de Ménoitios, Jocaste selon les uns, Épicaste selon les autres. L'oracle du dieu avait prévenu Laïos qu'il n'ait pas d'enfants, car le fils qui naîtrait tuerait son père. Mais le roi, ivre, s'unit tout de même à sa femme. Il donna le nouveau-né à des bergers pour qu'ils l'exposent après lui avoir transpercé les chevilles avec une épingle. L'enfant fut exposé sur le mont Cithéron. Mais les bouviers de Polybe, le roi de Corinthe, le trouvèrent et le portèrent à sa femme, Périboéa. Elle l'adopta et le fit passer pour son enfant ; elle soigna ses chevilles et l'appela Oedipe, à cause de ses pieds gonflés. Jeune homme, Oedipe était plus fort que tous les garçons de son âge. Un jour, par jalousie, ils l'insultèrent en l'appelant " le bâtard ". Le garçon en demanda la raison à Périboéa, mais il ne put rien savoir. Alors il se rendit à Delphes pour interroger le dieu sur ses parents. Le dieu lui répondit de ne jamais retourner dans sa patrie, sinon il tuerait son père et coucherait avec sa mère. Ayant entendu cela, et croyant que ses parents étaient ceux qui en réalité n'en portaient que le nom, il quitta Corinthe. En traversant la Phocide sur son char, dans un étroit défilé il rencontra le char sur lequel voyageait Laïos. Polyphontès, le héraut de Laïos, lui cria de se ranger ; Oedipe n'obéit pas et resta où il était. Alors Polyphontès tua un de ses chevaux. Oedipe, furieux, tua et Polyphontès et Laïos. Puis il gagna Thèbes.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 06:51

Livre III, 5, 8

Laïos fut enseveli par Damasistratos, le roi de Platées ; à Thèbes, Créon, fils de Ménécée, s'empara du trône. Pendant son règne, Thèbes fut frappée d'un grave fléau. La déesse Héra y envoya le Sphinx, fils d'Échidna et de Typhon ; il avait le visage d'une femme, la poitrine, les pattes et la queue d'un lion, et les ailes d'un oiseau. Les Muses lui avaient appris une énigme. Installé sur le mont Phicium, il posait cette énigme aux Thébains. Il disait : " Quel être est pourvu d'une seule voix, qui a d'abord quatre jambes, puis deux jambes, et trois jambes ensuite ? " Les Thébains avaient reçu un oracle, selon lequel ils seraient délivrés du Sphinx, seulement lorsqu'ils auraient résolu cette énigme. Aussi souvent se réunissaient-ils pour en deviner la signification. Mais comme ils n'y parvenaient pas, le Sphinx se saisissait de l'un d'eux et le dévorait. Nombreux étaient ceux qui avaient ainsi péri, et le dernier en date, Hémon, le fils de Créon. Alors Créon proclama que celui qui réussirait à résoudre l'énigme du Sphinx obtiendrait le royaume et la veuve de Laïos comme épouse. Ayant entendu cela, Oedipe trouva la solution : il s'agissait de l'homme. De fait, lorsqu'il est enfant, il a quatre jambes, car il se déplace à quatre pattes ; adulte, il marche sur deux jambes ; quand il est vieux, il a trois jambes, lorsqu'il s'appuie sur son bâton. Le Sphinx se jeta du haut de son rocher. Oedipe obtint le règne et, sans le savoir, il épousa sa mère ; il eut deux fils, Étéocle et Polynice, et deux filles, Ismène et Antigone. Certains soutiennent qu'il eut ses enfants d'Euryganie, la fille d'Hyperphas.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 06:51

III, 5, 9. Quand par la suite, tout fut découvert, Jocaste se pendit, Oedipe s'aveugla et fut chassé de Thèbes. C'est alors qu'il lança une malédiction contre ses enfants, coupables de ne lui avoir porté aucun secours, alors qu'on le bannissait de la cité. En compagnie d'Antigone, il se rendit à Colone, en Attique, où se trouve l'enceinte sacrée des Euménides ; il s'y arrêta comme suppliant ; accueilli par Thésée, il mourut peu de temps après.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 06:51

III, 6, 1. Étéocle et Polynice passèrent un accord pour la succession au trône ; ils décidèrent qu'ils régneraient un an chacun. Certains soutiennent que le premier qui prit le pouvoir fut Polynice et qu'un an plus tard il passa le sceptre à Étéocle ; d'autres, au contraire, que le premier fut Étéocle, qui se refusa ensuite à céder le règne à son frère. Banni de Thèbes, Polynice se rendit à Argos, avec le collier et le péplos. Adraste, fils de Talaos, régnait à Argos. Polynice arriva au palais d'Adraste pendant la nuit et, immédiatement, il en vint aux mains avec Tydée, le fils d'Oenée, exilé de Calydon. À ce tapage qui s'éleva subitement, Adraste accourut et les sépara ; se rappelant un oracle qui lui avait dit de donner pour conjoints à ses filles un sanglier et un lion, il les choisit pour beaux-fils : sur le bouclier de l'un, en effet, figurait la tête d'un sanglier, sur celui de l'autre, celle d'un lion. Tydée épousa Déipyle, et Polynice Argia, et Adraste leur promit à tous deux qu'il les ramènerait dans leur patrie. Mais d'abord il décida de monter une expédition contre Thèbes, et il rassembla les guerriers les plus valeureux.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 06:52

III, 6, 2. Mais Amphiaraos, le fils d'Oiclès, qui était devin, et qui avait prévu que tous ceux qui participeraient à la guerre trouveraient la mort, Adraste excepté, se montrait hésitant, et tentait de dissuader les autres de se joindre à l'expédition. Polynice se rendit chez Iphis, le fils d'Alector, pour savoir comment il pouvait contraindre Amphiaraos à combattre ; Iphis lui répondit " quand Ériphyle acceptera le collier ". Amphiaraos avait en effet interdit à Ériphyle d'accepter des cadeaux de Polynice ; mais Polynice lui offrit le collier, en lui demandant de convaincre Amphiaraos de prendre part au conflit. La décision lui revenait car, par le passé, Amphiaraos avait eu un différend avec Adraste, et Ériphyle les avait réconciliés : à cette occasion, Amphiaraos avait juré de s'en remettre toujours aux décisions d'Ériphyle, si un désaccord s'élevait entre lui et Adraste. Quand donc il fut question de savoir s'il fallait ou non marcher contre Thèbes, Adraste se déclarait favorable pour engager le combat, alors qu'Amphiaraos s'y opposait ; mais Ériphyle, qui avait accepté le collier, persuada son époux d'aller se battre aux côtés d'Adraste. Amphiaraos fut donc contraint de partir à la guerre ; néanmoins, il recommanda à ses fils qu'une fois adultes ils tuent leur mère et viennent combattre à Thèbes.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 06:52

III, 6, 3. Adraste réunit une armée avec sept chefs et partit faire la guerre contre Thèbes. Voici quels étaient les chefs : Adraste, fils de Talaos ; Amphiaraos, fils d'Oiclès ; Capanée, fils d'Hipponoos ; Hippomédon, fils d'Aristomachos, ou de Talaos selon certains ; ceux-ci étaient d'Argos. De Thèbes, il y avait Polynice, fils d'Oedipe ; Tydée, fils d'Oenée, venait d'Étolie ; Parthénopée, fils de Mélanion, était Arcadien. Certains n'introduisent pas dans la liste des sept Tydée et Polynice, mais ils y incluent Étéoclos, fils d'Iphis, et Mécistée.

III, 6, 4. Arrivés à Némée, où régnait Lycurgue, ils cherchèrent de l'eau. Hypsipyle les guida sur le chemin de la source, abandonnant, pendant un moment, le petit Opheltès, le fils d'Eurydice et de Lycurgue, qui n'était qu'un bébé et dont elle était la nourrice. En effet, quand les Lemniennes avaient découvert que Thoas avait été épargné, elles le tuèrent, et vendirent Hypsipyle ; c'est pourquoi, réduite en esclavage, elle entra au service de Lycurgue. Mais, alors qu'elle montrait la source aux guerriers, le bébé, laissé sans surveillance, fut tué par un serpent. Les compagnons d'Adraste, à leur retour, tuèrent le serpent et ensevelirent l'enfant. Amphiaraos déclara que c'était là un signe de ce qui leur arriverait. Aussi appelèrent-ils l'enfant Archémoros(1). En son honneur, ils instituèrent les Jeux Néméens ; Adraste remporta la course de chevaux, Étéoclos la course à pied, Tydée le pugilat, Amphiaraos le saut et le lancer du disque, Laodocos le lancer du javelot, Polynice la lutte, et Parthénopée le tir à l'arc.

III, 6, 5. Quand ils atteignirent le Cithéron, ils envoyèrent Tydée demander à Étéocle de céder le royaume à Polynice, en vertu des accords passés. Comme Étéocle se montra sourd à la requête, Tydée défia en duel les chefs thébains, et les vainquit tous. Alors ils envoyèrent cinquante hommes armés pour lui tendre une embuscade sur le chemin du retour. Tydée les tua tous, Méon excepté, puis il rentra au campement.

III, 6, 6. Les Argiens en armes s'approchèrent des remparts de la cité ; il y avait sept portes. Adraste se posta devant la porte d'Homoloé ; Capanée devant celle d'Ogygos ; Amphiaraos devant celle des Proétides ; Hippomédon devant celle d'Athéna Onca ; Polynice devant celle de Zeus Hypsistos ; Parthénopée devant celle d'Électre, et Tydée devant celle des Crénides. Étéocle lui aussi arma les Thébains et opposa aux sept un même nombre de chefs ; puis il interrogea l'oracle pour savoir comment il pourrait vaincre ses ennemis.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 06:52

III, 6, 7. À Thèbes vivait le devin Tirésias, fils d'Évérès et de la Nymphe Chariclô, et issu de la lignée d'Udéos, l'un des Spartoi. Il était aveugle. À propos de sa cécité, et de son art de la mantique, on raconte différentes histoires. Certains disent qu'il fut rendu aveugle par les dieux, car il révélait aux hommes des faits qu'eux voulaient garder secrets. Phérécyde affirme qu'il fut frappé de cécité par Athéna. À l'époque où Chariclô était la nymphe préférée d'Athéna [...], Tirésias vit la déesse toute nue. Athéna lui mit alors les mains sur les yeux et le rendit aveugle. Chariclô la supplia de rendre la vue à son fils, mais la déesse n'en avait pas le pouvoir ; alors elle lui purifia les oreilles, et cela lui permit de comprendre parfaitement le langage des oiseaux ; puis elle lui donna un bâton de cornouiller, grâce auquel il marchait comme les gens qui voient. Hésiode, pour sa part, raconte qu'un jour Tirésias vit sur le mont Cyllène deux serpents qui s'accouplaient. Il les frappa et, d'homme qu'il était, il devint femme ; ensuite, ayant observé une seconde fois les mêmes serpents en train de s'accoupler, à nouveau il redevint homme.

Un jour, Zeus et Héra, qui se demandaient qui, de l'homme et de la femme, retirait le plus grand plaisir au cours de l'acte amoureux, s'en remirent à la décision de Tirésias. Tirésias répondit qu'en divisant le plaisir de l'amour en dix, l'homme avait une part et la femme neuf(1). Voilà pourquoi Héra l'aveugla et Zeus lui accorda le don de divination.

(Voici la réponse de Tirésias à Zeus et à Héra :
De dix parts, l'homme n'en jouit que d'une ;
La femme, au fond de de son coeur, en éprouve dix.)

Tirésias vécut aussi jusqu'à un âge avancé.

Ainsi, aux Thébains qui le consultaient, il avait répondu qu'ils vaincraient à la condition que Ménécée, le fils de Créon, se sacrifie de lui-même à Arès. Ayant entendu cela, Ménécée se tua devant les portes. Quand la bataille commença, les Cadméens furent refoulés jusque derrière leurs remparts ; et Capanée prit une échelle et tenta d'escalader les murailles ; mais Zeus le foudroya.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 06:52

III, 6, 8. Les Argiens battirent alors en retraite. Comme les morts étaient nombreux, sur décision des deux armées, Étéocle et Polynice s'affrontèrent en duel pour le royaume, et s'entre-tuèrent. Mais une farouche bataille s'engagea alors, où les fils d'Astacos s'illustrèrent : Ismaros tua Laomédon, Léadès tua Étéoclos, Amphidocos tua Parthénopée. Euripide affirme pour sa part que Parthénopée fut tué par Périclymène, le fils de Poséidon. Mélanippos, le plus jeune des fils d'Astacos, blessa Tydée au ventre. Comme il gisait au sol, mourant, Athéna demanda à Zeus un philtre destiné à le rendre immortel, et le lui porta. Mais Amphiaraos s'en aperçut et, comme il le haïssait - c'est contre son avis que Tydée avait persuadé les Argiens de faire la guerre à Thèbes - il coupa la tête de Mélanippos (que Tydée malgré sa blessure avait tué) et la lui donna. Tydée la coupa en deux et dévora la cervelle. À ce spectacle, horrifiée, Athéna suspendit son geste et lui refusa son salut. Amphiaraos s'enfuit le long du fleuve Isménos ; alors que Périclymène s'apprêtait à le frapper dans le dos, Zeus jeta sa foudre et ouvrit la terre : Amphiaraos disparut avec son char et son aurige Baton (Élatos pour certains) ; Zeus le rendit ensuite immortel. Seul Adraste se sauva, grâce à son cheval, Arion, né de Poséidon et de Déméter, quand la déesse, pareille à une Furie, s'était unie à lui.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 06:52

III, 7, 1. Une fois sur le trône de Thèbes, Créon abandonna les cadavres des Argiens, sans sépultures ; par l'intermédiaire d'un héraut, il interdit qu'on les ensevelisse et posta des sentinelles. Antigone, une des filles d'Oedipe, déroba secrètement le corps de Polynice, et l'enterra. Mais elle fut découverte par Créon lui-même, et enterrée vive dans un tombeau. Adraste arriva à Athènes et se réfugia sur l'autel de la Pitié ; après y avoir déposé le rameau des suppliants, il implora que ses morts soient ensevelis. Les Athéniens s'armèrent, emmenés par Thésée ; ils conquirent Thèbes et rendirent les cadavres à leurs proches pour qu'ils les enterrent. Alors que brûlait le bûcher de Capanée, sa femme, Évadné, la fille d'Iphis, se jeta dans les flammes et périt à son côté.

III, 7, 2. Dix ans plus tard, les fils de ceux qui étaient tombés - les Épigones, ainsi les appellait-on -, décidèrent de marcher sur Thèbes pour venger la mort de leurs pères. Ils interrogèrent l'oracle ; le dieu leur prédit la victoire, à la condition qu'Alcméon soit leur chef. Alcméon ne voulait pas prendre le commandement de l'expédition avant d'avoir puni sa mère ; et pourtant il y consentit : de fait, Ériphyle, ayant accepté le péplos de Thersandre, le fils de Polynice, avait persuadé aussi ses propres enfants de faire la guerre. Les Épigones choisirent Alcméon pour chef et partirent en campagne contre Thèbes. Voici les noms de ceux qui combattaient : Alcméon et Amphilochos, fils d'Amphiaraos ; Égialé, fils d'Adraste ; Diomède, fils de Tydée ; Promachos, fils de Parthénopée ; Sthénélos, fils de Capanée ; Thersandre, fils de Polynice ; Euryale, fils de Mécistée.

III, 7, 3. En premier lieu, ils mirent à sac les villages des environs de Thèbes, puis ils combattirent valeureusement contre les Thébains que commandait Laodamas, le fils d'Étéocle. Laodamas tua Égialée, mais il fut lui-même tué par Alcméon. Après sa mort, les Thébains se réfugièrent à l'intérieur de leurs murs. Tirésias leur conseilla de déléguer auprès des Argiens un héraut pour négocier une trêve et, dans le même temps, de se disposer à fuir. Ils dépêchèrent donc un messager auprès de leurs ennemis, mirent les femmes et les enfants sur des chariots et quittèrent la ville. C'est à la nuit qu'ils arrivèrent à la source appelée Telphoussa ; Tirésias but de son eau et en mourut. Après avoir longtemps marché, les Thébains fondèrent la ville d'Hestia et s'y établirent.

III, 7, 4. Quand les Argiens se furent aperçus, un peu plus tard, de la fuite des Thébains, ils entrèrent dans la ville, rassemblèrent le butin et détruisirent les murs. Ils envoyèrent une partie du butin à Apollon, à Delphes, mais aussi Mantô, la fille de Tirésias ; car ils avaient promis au dieu de lui consacrer la plus belle part du butin s'ils s'emparaient de Thèbes.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 07:35

III, 7, 5. Après la prise de Thèbes, Alcméon apprit que sa mère s'était de nouveau laissée corrompre également à ses dépens ; révolté plus encore, sur le conseil de l'oracle d'Apollon il la tua. Certains disent qu'Alcméon tua Ériphyle avec la complicité de son frère Amphilochos ; d'autres qu'il agit seul. Dès lors, l'Érinye de sa mère assassinée le persécuta et Alcméon, en proie à la folie, se réfugia en Arcadie, auprès d'Oiclès, ensuite à Psophis, chez Phégée. Le roi le purifia ; il lui accorda la main de sa fille, Arsinoé, à laquelle Alcméon offrit le péplos et le collier. Mais, peu de temps après, encore par sa faute, la terre devint stérile ; l'oracle du dieu commanda à Alcméon de se rendre sur les rives du fleuve Achéloos et d'attendre de ce dernier qu'il le purifie et lui offre une terre qui n'existait pas encore sous le soleil. Alcméon se mit en route. Il reçut tout d'abord l'hospitalité d'Oenée, à Calydon, puis il arriva en Thesprotie, d'où, toutefois, il fut chassé. Finalement, il parvint aux sources de l'Achéloos ; le fleuve le purifia et lui donna en mariage sa fille Callirhoé. Alcméon colonisa le territoire que l'Achéloos avait formé avec ses alluvions, et s'y établit. Mais Callirhoé, désireuse de posséder le péplos et le collier, se refusa à vivre avec lui tant qu'il ne les lui aurait pas donnés. Alcméon retourna donc à Psophis ; il dit à Phégée qu'il avait reçu une réponse : il serait délivré de sa folie une fois qu'il aurait consacré à Delphes le collier et le péplos. Phégée le crut et lui remit les objets. Mais un esclave révéla qu'il devait les donner à Callirhoé : Phégée ordonna alors à ses fils de lui tendre une embuscade, et ces derniers le tuèrent. Arsinoé leur reprocha tout ce qu'ils avaient fait ; aussi les enfants de Phégée l'enfermèrent-ils dans une caisse ; ils l'envoyèrent à Tégée et la donnèrent en esclave à Agapénor, l'accusant faussement d'être la meurtrière d'Alcméon.

III, 7, 6. Quand Callirhoé eut appris l'assassinat d'Alcméon, elle demanda à Zeus, avec qui elle était intime, de faire en sorte que les fils qu'elle avait eus d'Alcméon deviennent grands immédiatement, afin qu'ils puissent venger la mort de leur père. Devenus des hommes aussitôt, les enfants partirent rendre justice à leur père. À ce moment-là, les fils de Phégée, Pronoos et Agénor, en route pour Delphes afin d'y consacrer le péplos et le collier, observaient une halte chez Agapénor, tout comme les fils d'Alcméon, Amphotéros et Acarnan. Ces derniers tuèrent donc les assassins de leur père ; puis ils gagnèrent Psophis, pénétrèrent dans le palais royal, et tuèrent aussi Phégée et son épouse. Ils furent poursuivis jusqu'à Tégée ; mais les Tégéates et quelques Argiens les aidèrent, réussirent à les sauver et les Psophides furent refoulés.

III, 7, 7. Après avoir révélé toute l'histoire à leur mère, ils se rendirent à Delphes et, sur ordre de l'Achéloos, ils consacrèrent au dieu le collier et le péplos. Puis ils traversèrent l'Épire, réunirent de nombreux habitants et colonisèrent l'Acarnanie.

Euripide rapporte que, pendant sa folie, Alcméon eut deux enfants de Mantô, la fille de Tirésias ; un garçon, Amphilochos, et une fille Tisiphone. Il les mena tout petits à Corinthe et confia leur éducation à Créon, le roi de la ville. Mais la femme de Créon, jalouse de l'extraordinaire beauté de Tisiphone, la vendit comme esclave, de crainte que Créon voulût l'épouser. Alcméon l'acheta et fit d'elle sa servante, sans savoir qu'elle était sa fille ; puis il retourna à Corinthe à la recherche de ses enfants, et il retrouva aussi son fils. Amphilochos, ensuite, sur l'ordre de l'oracle d'Apollon, colonisa Argos amphilochienne.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 07:35

III, 8, 1. Mais revenons à Pélasgos qu'Acousilaos dit fils de Zeus et de Niobé, comme je l'ai moi-même affirmé, et qu'Hésiode, pour sa part, soutient né de la terre. De Mélibée, fille d'Océan, ou bien, selon d'autres, de la Nymphe Cyllène, il eut un fils, Lycaon, qui devint roi d'Arcadie, eut de nombreuses épouses, et engendra cinquante fils : Mélénéos, Thesprotos, Hélix, Nyctimos, Peucétios, Caucon, Mécistée, Hoplée, Macarée, Macednos, Horos, Polichos, Acontès, Évémon, Ancyor, Archébatès, Cartéron, Égéon, Pallas, Eumon, Canéthos, Prothoos, Linos, Coréthon, Ménalos, Téléboas, Physios, Phassos, Phthios, Lycios, Haliphéros, Génétor, Bucolion, Socléos, Phinée, Eumétès, Harpalée, Porthéos, Platon, Hémon, Cynéthos, Léon, Harpalycos, Héraéos, Titanas, Mantinoos, Cléitor, Stymphalos, Orchoménos... Nul ne les égalait en orgueil et impiété. Zeus voulut néanmoins les mettre à l'épreuve : il prit l'aspect d'un mendiant et se rendit chez eux. Ils lui accordèrent l'hospitalité, puis ils égorgèrent un enfant du pays, mélangèrent ses entrailles aux viandes du sacrifice, et les lui offrirent sur le conseil de leur frère aîné, Ménalos. Zeus, dégoûté, renversa la table ; à l'endroit même qui aujourd'hui s'appelle Trapézonte, il foudroya Lycaon et ses enfants, excepté Nyctimos, le plus jeune, car Gaia l'arrêta en lui prenant la main et apaisant sa colère.

III, 8, 2. Nyctimos monta sur le trône ; c'est durant son règne que se produisit le déluge de Deucalion. Et certains soutiennent que le déluge fut provoqué en raison même de l'impiété des enfants de Lycaon.

Eumélos, et d'autres encore, disent que Lycaon avait aussi une fille, Callisto ; Hésiode, cependant, affirme que Callisto était une Nymphe ; Asios, qu'elle était la fille de Nyctée, et Phérécyde celle de Cétée. Callisto était la compagne de chasse d'Artémis ; elle portait le même vêtement, et elle lui avait juré de rester vierge. Mais Zeus tomba amoureux d'elle et la viola, après s'être fait passer pour Artémis, selon les uns, pour Apollon, selon les autres. Et pour cacher à Héra ce qui s'était passé, il transforma la jeune fille en ourse. Mais Héra persuada Artémis de la frapper de ses flèches comme si c'était une bête sauvage. Certains disent aussi que la déesse tua la jeune fille parce qu'elle n'avait pas conservé sa virginité. Quand Callisto mourut, Zeus prit l'enfant et le mena en Arcadie pour que Maia l'élève, et il l'appela Arcas ; Callisto fut changée en la constellation de l'Ourse.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 07:35

III, 9, 1. Arcas eut deux fils, Élatos et Apheidas, de Léanire, la fille d'Amyclas, ou peut-être de Méganire, la fille de Crocos, ou bien, aux dires d'Eumélos, de la Nymphe Chrysopélie. Les deux enfants se partagèrent le territoire, mais le pouvoir revint entièrement à Élatos, qui épousa Laodicé, la fille de Cinyras ; il eut deux fils, Stymphalos et Péréos ; Apheidas, lui, eut un garçon, Aléos, et une fille, Sthénébée, qui épousa Proétos. De sa femme Néère, fille de Péréos, Aléos eut une fille, Augé, et deux garçons, Céphée et Lycurgue. Augé fut aimée par Héraclès ; elle cacha son enfant dans l'enceinte sacrée d'Athéna dont elle était la prêtresse. Mais la terre demeura stérile, et l'oracle révéla que la cause était une impiété commise dans le sanctuaire d'Athéna. Augé fut confondue par son père et remise à Nauplios pour qu'il la tue ; mais Nauplios la donna à Teuthras, le roi de Mysie, qui l'épousa. L'enfant fut exposé sur le mont Parthénion ; une biche l'allaita et, pour cette raison, on l'appela Télèphe. Il fut élevé par des bergers de Corythos ; puis il se rendit à Delphes pour obtenir des informations concernant ses vrais parents : le dieu lui révéla la vérité ; aussi Télèphe gagna-t-il la Mysie ; il devint le fils adoptif de Teuthras et, quand ce dernier mourut, il lui succéda sur le trône.

III, 9, 2. De Cléophyle, peut-être d'Eurynomé, Lycurgue eut quatre fils, Ancée, Épochos, Amphidamas et Iasos. Amphidamas eut un garçon, Mélanion, et une fille, Antimaque, qui épousa Eurysthée. De Clyméné, la fille de Minyas, Iasos eut une fille, Atalante. Il l'avait exposée tout enfant car il désirait des garçons ; mais une ourse passait souvent dans le coin et lui offrait ses mamelles, jusqu'au jour où des chasseurs la trouvèrent et l'élevèrent.

Adulte, Atalante demeura vierge ; elle passait le plus clair de son temps à chasser dans des endroits solitaires, toujours armée. Un jour, deux Centaures, Rhoecos et Hyléos, tentèrent de la violer, mais la jeune fille les transperça de ses flèches, et les tua. Elle participa également, en compagnie des hommes les plus valeureux, à la chasse au sanglier de Calydon ; elle prit même part aux jeux en l'honneur de Pélias, où elle combattit Pélée et le vainquit. Quand elle eut découvert qui étaient ses parents, son père voulut la convaincre de se marier ; alors Atalante se rendit dans le stade et planta en son centre un pieu haut de trois coudées ; c'est de là qu'elle commençait à courir, en armes, après avoir concédé à ses prétendants quelques longueurs d'avance. Qui se laissait rattraper mourait ; qui ne se laisserait pas rejoindre l'aurait comme épouse. Ils étaient nombreux désormais ceux qui avaient trouvé la mort ainsi, quand Mélanion, qui était amoureux d'elle, participa à la course en portant trois pommes d'or, don d'Aphrodite. Et comme elle le poursuivait, il les jeta. La jeune fille s'arrêta pour les ramasser, fut battue, et Mélanion put l'épouser. On raconte aussi qu'une fois, lors d'une partie de chasse, ils pénétrèrent dans l'enceinte sacrée de Zeus, et y firent l'amour ; ils furent aussitôt changés en lions. Hésiode, mais aussi d'autres, disent qu'Atalante n'était pas la fille de Iasos, mais de Schoenée. Quant à Euripide, il dit qu'elle était la fille de Ménalos, et qu'elle épousa, non Mélanion, mais Hippoménès. De Mélanion, ou peut-être d'Arès, Atalante eut un fils, Parthénopée, qui participa à l'expédition contre Thèbes.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 07:36

III, 10, 1. Atlas et Pléioné, la fille d'Océan, eurent sept filles sur le mont Cyllène en Arcadie, appelées Pléiades : Alcyonée, Mérope, Céléné, Électre, Stéropé, Taygète et Maia. Parmi elles, Stéropé épousa Oenomaos, et Mérope Sisyphe. Poséidon fit l'amour avec deux d'entre elles, d'abord avec Céléné qui lui donna un fils, Lycos, que le dieu mena vivre dans les Îles des Bienheureux ; ensuite avec Alcyonée qui lui donna une fille, Aéthusa (celle qui donna à Apollon Éleuthère), et deux fils, Hyriée et Hypérénor. Hyriée eut deux fils, Nyctée et Lycos, de la Nymphe Clonia ; Nyctée eut Antiope de Polyxo ; de Zeus, Antiope eut les jumeaux Zéthos et Amphion. Et Zeus fit l'amour avec les autres filles d'Atlas.

III, 10, 2. Maia, l'aînée, s'unit à Zeus dans une grotte du mont Cyllène, et mit au monde Hermès. L'enfant se trouvait encore emmailloté dans son berceau quand il le quitta, gagna la Piérie et déroba les vaches qu'Apollon avait mises à paître. Pour ne pas être trahi par les empreintes, il attacha des sandales à leurs pattes ; il les mena à Pylos et les cacha dans une caverne ; cependant il en sacrifia deux et planta leurs peaux sur les rochers ; il fit bouillir une partie de leur chair qu'il mangea ; mais il brûla l'autre partie. Puis il se dépêcha de revenir sur le mont Cyllène. Devant sa grotte, il trouva une tortue qui mangeait de l'herbe. Il la vida, adapta à sa carapace des cordes faites avec les tendons des bêtes qu'il avait tuées, et ainsi il fabriqua une lyre, et inventa même le plectre. Apollon, à la recherche de ses vaches, arriva à Pylos et interrogea les habitants à leur sujet. Ils lui répondirent qu'ils avaient vu un enfant guider les vaches, mais ils ne savaient pas lui dire où il les avaient conduites, car on n'apercevait pas de traces. Grâce à son art de la mantique, Apollon découvrit qui était le voleur ; il se rendit à Cyllène auprès de Maia, et accusa Hermès. Mais Maia lui fit voir que ce n'était encore qu'un enfant dans ses langes. Pourtant Apollon le conduisit devant Zeus et réclama ses vaches. Zeus enjoignit à Hermès de les lui rendre ; l'enfant nia tout, mais il ne fut pas cru et dut conduire Apollon à Pylos et lui rendre son bétail. Apollon entendit ensuite le son de la lyre ; en échange de l'instrument, il donna ses vaches à Hermès. Hermès les mit a paître et, en attendant, il fabriqua une flûte et se mit à en jouer. Apollon désira posséder cet instrument-là aussi ; en échange il lui donna la verge d'or qu'il utilisait pour guider ses troupeaux. Mais contre la flûte, Hermès ne voulait pas seulement la verge, mais aussi apprendre l'art divinatoire ; Apollon y consentit et il lui enseigna la divination avec les sorts [petits cailloux]. Zeus fit de lui son messager personnel et des dieux infernaux.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 07:36

III, 10, 3. De Zeus, Taygète eut un fils, Lacédémon, qui donna son nom à la région justement de Lacédémone. Lacédémon et Sparta, la fille d'Eurotas (fils lui-même de Lélèges né de la terre et de la Nymphe des eaux Cléocaria), engendrèrent Amyclas et Euridyce qui épousa Acrisios. Amyclas et Diomède, la fille de Lapithos, engendrèrent Cynortas et Hyacinthos. On raconte qu'Apollon tomba amoureux de ce Hyacinthos et qu'il le tua involontairement en lançant un disque. Cynortas eut un fils, Périérès, qui épousa Gorgophoné, la fille de Persée, ainsi que le dit Stésichore : Gorgophoné mit au monde Tyndare, Icarios, Apharée et Leucippos. Apharée et Aréné, la fille d'Oebalos, eurent Lyncée, Idas et Pisos ; mais on dit généralement qu'Idas était le fils de Poséidon. Lyncée était doté d'une vue si perçante, qu'il pouvait voir même sous la terre. Leucippos eut deux filles, Hylaira et Phoébé ; elles furent enlevées par les Dioscures qui les épousèrent. Après elles, Leucippos eut aussi Arsinoé qui s'unit à Poséidon et donna le jour à Asclépios. Certains disent qu'Asclépios n'était pas le fils d'Arsinoé, fille de Leucippos, mais de Coronis, la fille de Phlégias de Thessalie. Apollon, dit-on, tomba amoureux de Coronis et coucha avec elle. Mais la jeune fille, sur le conseil de son père, préféra vivre avec Ischys, le frère de Cénée. Apollon maudit le corbeau qui lui avait rapporté le fait, et, de blanc qu'il était, il le fit devenir noir ; puis il tua Coronis. Comme la jeune fille était la proie du feu, Apollon arracha son enfant d'entre les flammes, et le mena au Centaure Chiron ; celui-ci l'éleva et lui enseigna l'art de la médecine et de la chasse. Asclépios devint médecin ; il perfectionna tant et si bien son art, que, non seulement il empêchait les gens de mourir, mais il ressuscitait les morts. Athéna lui avait en effet donné le sang qui avait coulé des veines de la Gorgone : du sang qui avait jailli des veines de gauche, il pouvait provoquer la mort des gens ; avec celui des veines de droite, il pouvait les sauver, et c'est justement de ce sang qu'il se servait pour rendre les morts à la vie. J'ai trouvé le nom de quelques personnages dont on dit qu'ils ont été ressuscités par Asclépios : il s'agit de Capanée et de Lycurgue, ainsi que le dit Stésichore dans son Ériphyle ; Hippolyte, comme le dit l'auteur des Naupactes ; Tyndare, comme le dit Panyassis ; Hyménée, comme le disent les Orphiques ; Glaucos, fils de Minos, comme le dit Mélésagoras.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 07:36

III, 10, 4. Mais Zeus, craignant que les hommes n'apprennent de lui l'art de se soigner et de se secourir les uns les autres, le foudroya. Apollon, furieux, tua les Cyclopes qui avaient fabriqué la foudre de Zeus. Zeus s'apprêtait à précipiter Apollon dans le Tartare, quand Léto intercéda en sa faveur : la punition d'Apollon fut alors de se mettre pour un an au service d'un mortel, comme journalier. Ainsi Apollon se rendit-il à Phérès dans la maison d'Admète, le fils de Phérès, et il y travailla comme bouvier. Grâce à lui, toutes les vaches mettaient bas deux veaux.

Certains soutiennent qu'Apharée et Leucippos étaient les enfants de Périérès, le fils d'Aiolos ; que Cynortas engendra Périérès, Périérès Oebalos ; qu'Oebalos engendra Tyndare, Hippocoon et Icarios, de la Naïade Batia.

III, 10, 5. Hippocoon eut de nombreux enfants : Dorycléos, Scaios, Énarophoros, Eutichès, Bucolos, Lychaethos, Tébros, Hippothoos, Eurytos, Hippochorystès, Alcinoos et Alcon. Avec l'aide de ses fils, Hippocoon chassa Icarios et Tyndare de Lacédémone. Ils se réfugièrent auprès de Thestios, et lui prêtèrent main-forte dans la guerre qu'il menait contre les peuples des frontières. Tyndare épousa Léda, la fille de Thestios. Quand ensuite Héraclès eut tué Hippocoon et ses fils, ils revinrent à Lacédémone et Tyndare monta sur le trône.

III, 10, 6. Icarios et la Naïade Périboéa eurent cinq garçons: Thoas, Damasippos, Imeusimos, Alétès et Périlaos; et une fille, Pénélope, qu'Ulysse épousa. Tyndare et Léda eurent trois filles : Timandra, qu'épousa Échémos ; Clytemnestre, qu'épousa Agamemnon ; puis Philonoé qu'Artémis rendit immortelle.

III, 10, 7. Zeus s'unit à Léda sous l'aspect d'un cygne et, la même nuit, s'unit aussi à elle son époux Tyndare. Léda eut Pollux et Hélène de Zeus ; et Castor et Clytemnestre de Tyndare. Certains, toutefois, prétendent qu'Hélène était la fille de Zeus et de Némésis. Un jour, Némésis, pour se soustraire aux violences de Zeus, se métamorphosa en oie ; Zeus se changea alors en cygne et s'unit à elle. Némésis pondit un oeuf ; un berger le trouva dans les buissons et le porta à Léda. Léda le conserva dans un coffre ; à terme, Hélène naquit et Léda l'éleva comme sa propre enfant. La jeune fille devint extraordinairement belle, si bien que Thésée l'enleva et la mena à Aphidna. Comme Thésée se trouvait aux Enfers, Castor et Pollux assiégèrent la ville et s'en rendirent maîtres ; ils prirent Hélène et emmenèrent comme captive la mère de Thésée, Éthra

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 07:36

III, 10, 8. Les rois de l'Hellade arrivèrent à Sparte pour demander Hélène en mariage. Voici les noms des prétendants : Ulysse, fils de Laërte ; Diomède, fils de Tydée ; Antiloque, fils de Nestor ; Agapénor, fils d'Ancée ; Sthénélos, fils de Capanée ; Amphimaque, fils de Ctéatos ; Thalpios, fils d'Eurytos ; Mégès, fils de Philée ; Amphilochos, fils d'Amphiaraos ; Ménesthée, fils de Pétéos ; Schédios et Épistrophos, fils d'Iphitos ; Polyxénos, fils d'Agasthénès ; Pénélée, fils d'Hippalcimos ; Léitos, fils d'Alector ; Ajax, fils d'Oïlée ; Ascalaphos et Ialménos, fils d'Arès ; Éléphénor, fils de Chalcodon ; Eumélos, fils d'Admète ; Polypoétès, fils de Pirithoos ; Léontée, fils de Coronos ; Podalirios et Machaon, fils d'Asclépios ; Philoctète, fils de Poeas ; Eurypyle, fils d'Évémon ; Protésilas, fils d'Iphiclos ; Ménélas, fils d'Atrée ; Ajax et Teucer [Teucros], fils de Télamon ; Patrocle, fils de Ménoetios.

III, 10, 9. Devant cette foule de prétendants, Tyndare craignit que, à choisir l'un d'eux, les autres ne se rebellent. Mais Ulysse lui promit, à condition qu'il l'aide à obtenir la main de Pénélope, de lui fournir le moyen de parer à toute émeute. Tyndare accepta, et Ulysse lui suggéra d'imposer à tous les prétendants de prêter un serment ; à savoir de prendre la défense de l'époux qui aurait été choisi, s'il subissait d'un autre quelque injustice à cause de son mariage. Ainsi Tyndare fit-il jurer les prétendants ; il choisit Ménélas comme mari d'Hélène et obtint d'Icarios la main de Pénélope pour Ulysse.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 07:36

III, 11, 1. D'Hélène, Ménélas eut une fille, Hermione, et, aux dires de certains, également un fils, Nicostratos ; de l'esclave Piéris, de race étolienne, ou peut-être de Téréis, ainsi que le soutient Acousilaos, il eut un fils, Mégapenthès ; puis de la Nymphe Cnossia, selon Eumélos, il eut Xénodamos.
III, 11, 2. Parmi les enfants de Léda, Castor se consacra à l'art de la guerre, et Pollux à celui du pugilat ; en raison de leur courage, on leur donna le nom de Dioscures. Désireux d'épouser les filles de Leucippos, ils les enlevèrent de Messénie et se marièrent avec elles. De Phoebé, Pollux eut un fils, Mnésiléos, et Castor eut Anogon d'Hilaera. Un jour, ils quittèrent l'Arcadie avec un troupeau en guise butin, en compagnie d'Idas et de Lyncée, les fils d'Apharée, et Idas fut chargé de faire le partage. Idas découpa une bête en quatre et déclara que celui qui aurait mangé sa part le plus vite pourrait choisir la moitié du butin, et le second aurait le reste. Plus rapide que tous les autres, il engloutit sa part, et même celle de son frère ; ensuite, avec lui, il mena le troupeau à Messène. Mais les Dioscures attaquèrent Messène, reprirent le bétail, et beaucoup d'autres choses encore. Puis ils tendirent une embuscade à Idas et à Lyncée. Mais Lyncée aperçut Castor, en avisa Idas et celui-ci le tua. Pollux les suivit alors, tua Lyncée de sa lance, puis se retourna contre Idas ; mais ce dernier le frappa à la tête avec une pierre, ce qui le fit tomber sans connaissance. Zeus foudroya alors Idas, et mena Pollux au ciel. Mais Pollux refusa l'immortalité, car son frère Castor était mort. Zeus leur concéda alors de passer alternativement un jour parmi les dieux et un jour parmi les mortels. Quand les Dioscures furent divinisés, Tyndare fit venir Ménélas à Sparte et lui confia le trône.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Apollodore   4/6/2007, 07:36

III, 12, 1. D'Électre, la fille d'Atlas, et de Zeus naquirent Iason et Dardanos. Iason tomba amoureux de Déméter ; il tenta de la violer, mais fut foudroyé. Dardanos, attristé par la mort de son frère, quitta Samothrace et gagna la terre d'en face. Elle était gouvernée par Teucer, fils du fleuve Scamandre, et de la Nymphe Idaia ; de son nom, les habitants de la région étaient appelés Teucriens. Dardanos fut accueilli par Teucer, épousa Batia, la fille du roi, et reçut une partie du territoire où il fonda la cité de Dardanos. Quand ensuite Teucer mourut, il appela Dardanie toute la région.

III, 12, 2. Il eut deux fils, Ilos et Érichthonios ; Ilos mourut sans enfants ; le trône revint alors à Érichthonios qui épousa Astyoché, la fille du Simoïs, et engendra Trôs. Quand Trôs succéda à son père sur le trône, de son nom il appela Troie toute la région ; il épousa Callirhoé, la fille du Scamandre, et engendra une fille, Cléopâtra, et trois garçons, Ilos, Assaracos, et Ganymède. Ganymède était très beau ; Zeus le fit enlever par son aigle, le mena au ciel, et fit de lui l'échanson des dieux. Assaracos épousa Hiéromnémé, fille du Simoïs, et engendra Capys. Capys épousa Thémisté, la fille d'Ilos, et engendra Anchise. Aphrodite s'éprit de lui, et de leur union naquirent Énée, et Lyros qui mourut sans enfants.

III, 12, 3. Ilos gagna la Phrygie, comme des jeux étaient organisés par le roi du pays ; il remporta l'épreuve de la lutte. Pour prix, il obtint cinquante jeunes garçons et cinquante jeunes filles. De plus, le roi, répondant à un oracle, lui fit don d'une vache tachetée, en lui disant de fonder une ville là où la vache se coucherait. Ilos suivit la vache. Quand l'animal arriva sur la colline appelée " Phrygie de la folie ", elle s'étendit à terre ; Ilos y construisit une ville qu'il appela Ilion. Puis il implora Zeus de lui envoyer un signe, et, à la tombée du jour, il vit devant sa tente le Palladion, qui était tombé du ciel. Haut de trois coudées, il avait les jambes jointes ; de la main droite il brandissait une lance, de la gauche une quenouille et un fuseau.

Du Palladion, on raconte l'histoire suivante. Quand naquit Athéna, la déesse fut élevée par Triton, qui avait une fille, Pallas. Les deux jeunes filles s'entraînaient ensemble aux exercices guerriers. Un jour, comme elles se défiaient amicalement, et que Pallas se disposait à frapper, Zeus, inquiet pour Athéna, abaissa son égide pour la protéger ; ainsi Pallas, effrayée leva les yeux, fut touchée par Athéna et mourut. La déesse, attristée par la mort de son amie, fit une sculpture de bois à sa ressemblance ; elle la fixa sur le bouclier qui avait épouvanté la jeune fille, déposa son image auprès de Zeus et lui rendit les honneurs. Mais le jour où Électre, violée par Zeus, se réfugia près du Palladion, Zeus le jeta dans la région d'Ilion, en même temps que la jeune fille. Ensuite Ilos construisit un temple pour le Palladion, et le vénéra. Voilà l'histoire du Palladion.

Ilos épousa Eurydice, la fille d'Adraste, et engendra un fils, Laomédon, qui épousa Strymo, la fille du Scamandre (ou peut-être Placia, la fille d'Otréos, ou bien Leucippé) ; il eut cinq garçons : Tithon, Lampos, Clytios, Hicétaon et Podarcès, et trois filles : Hésioné, Cilla et Astyoché. De la Nymphe Calybé, il eut un fils, Bucolion.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Apollodore   

Revenir en haut Aller en bas
 
Apollodore
Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rôles et Légendes :: L'univers mythologique :: Europe méditerranéenne Nord :: Grecque-
Sauter vers: