Rôles et Légendes


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dieux en A

Aller en bas 
AuteurMessage
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Dieux en A   16/5/2007, 09:26

Ach
Dans la mythologie égyptienne, Ach est une divinité d'origine libyenne (berbère) assimilé au dieu Seth.



Ageb
Dans la mythologie égyptienne, Ageb est le dieu personnifiant l'inondation bienfaitrice du Nil. Représenté sous forme de bélier, il avait également comme fonction, d'après les Textes des Sarcophages, de fournir de la nourriture au défunt dans le monde de l'au-delà.

À l'époque gréco-romaine, il sera associé à trois dieux à tête de taureau, Apis, Mnevis, et Boukhis.




Aha
Aha est un prénom masculin de l'Égypte antique.
Aha (ou iâh) est un génie bénéfique de la mythologie égyptienne.
Ancêtre de Bès, il est représenté sous les traits d'un gnome au visage rond, ceint d'une crinière, aux oreilles de félin, aux membres longs et à la large queue.
Influent jusqu'au Moyen Empire, il est un génie protecteur des femmes enceintes et des enfants.




Aheqet
Dans la mythologie égyptienne, Aheqet est la déesse de Hirour, représentée par une grenouille symbolisant la vie et la fécondité




Aken
Dans la mythologie égyptienne, Âqen est un dieu du monde souterrain, de la mort et des nécropoles ; il conduisait le bateau qui emmenait les défunts dans le monde des morts. Ainsi ces dernierss étaient protégés pendant la périlleuse traversée par le dieu solaire Rê.

Âqen est mentionné fréquemment dans les textes des Pyramides. Ce dieu devait être réveillé par Maâ, le conducteur de la barque solaire, quand il arrivait avec son bateau, accompagné de Rê et de sa suite.

Autre orthographe : Âken

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Dieux en A   16/5/2007, 09:27

Aker
Aker, est un dieu de la mythologie égyptienne, symbole de la terre et plus particulièrement de la vie du sous-sol. Primitivement représenté par un morceau de terre à tête humaine, il sera représenté par la suite par deux têtes d'hommes opposés ou deux têtes de lions.




Akhet la prairie
Déesse de la mythologie égyptienne qui favorise la croissance de tout type de végétation ; quand elle personnifie la prairie, elle est représentée sous forme de vache (comme dans le tombeau de Pétosiris), ce qui indique son caractère maternel. Elle est vénérée depuis l' Ancien Empire. Elle peut aussi être représentée sous forme de serpent.




Am-Heh
Dans la mythologie égyptienne, Am-heh (« Dévoreur de millions (d'âmes) ») était un dieu du royaume des morts et la terre.




Amaounet
Amaounet « La Cachée » est une déesse de la mythologie égyptienne. Elle représente le vent qui ne peut pas être vu mais qui peut être senti.

Déesse égyptienne des mères ou de la fertilité, Amonet est apparue aux origines des temps. Elle était un membre du groupe de dieux égyptiens connus sous le nom d'Ogdoade, Amon étant son époux. Elle était considérée comme une divinité tutélaire des pharaons égyptiens, et avait une part importante dans les cérémonies de consultation de pharaon où elle est parfois accompagnée de Min.

C'est une déesse protectrice, dont le culte s'est consolidé durant le Nouvel Empire.

À Thèbes, elle est identifiée à Neith, à laquelle elle emprunte son aspect, une femme avec la couronne de la Basse-Égypte, tandis qu'à Hermopolis, elle est une femme à tête de grenouille. On la trouve aussi sous l'aspect d'une vache.




Amemet
Amemet (Amaunet), est une déesse du panthéon égyptien portant la couronne rouge.

Associée à Amon avec qui elle forme un des couples de l'Ogdoade.


Autres orthographes : Amonet, Amonèt, Amenty

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Dieux en A   16/5/2007, 09:41

Aménophis
Durant la XVIIIe dynastie, quatre pharaons ont porté le nom d'Amenhotep :

* Amenhotep Ier (-1526 à -1506),
* Amenhotep II (-1425 à -1401),
* Amenhotep III (-1390 à -1352),
* Amenhotep IV (qui change son nom pour Akhénaton) (-1352 à -1338).

Le nom Amenhotep entrait dans la composition de la titulature royale en tant que nom de Sa-Rê ou nom.
Amenhotep Ier et Ahmès-Néfertari

Ce sont les premiers saints patrons, ils ont reçu un culte particulier sur la rive ouest de Thèbes, et plus précisément à Deir el-Médineh, le village des artisans de Pharaon ; Amenhotep Ier est considéré comme le constructeur du village, ainsi que sa mère la grande reine Ahmès-Néfertari, épouse du défunt pharaon Iah-mosis. Leur culte fut un réel succès, bien que la mère dépassa le fils dans le cœur des Égyptiens.

Amenhotep fils de Hapou

Amenhotep fils de Hapou vécut sous le règne du grand roi Amenhotep III. Il est le bâtisseur de son temple des millions d'années, sur la rive ouest de Thèbes. Selon les écrits, ce monument aurait été le plus vaste de tous les temples funéraires, aujourd'hui ne restent que les deux gardiens de la nécropole, les colosses dits de Memnon.

Amenhotep IV/Akhénaton et Néfertiti

Ce pharaon hérétique qui installa sa capitale à Akhetaton (Tell-el-Amarna) et adora Aton, le dieu unique, n'effaça pas en revanche la nature divine du roi. Ainsi, quiconque voulait prier Aton devait passer par le couple royal, c'est-à-dire la belle Néferet-Ihy et le roi Akh-en-aton. Ils furent en quelque sorte des intermédiaires divins. Mais le roi dut avoir une envie de diviniser sa reine car on peut voir qu'elle remplace Isis et Nephtys dans les rôles funéraires. Le pharaon a donc voulu installer la triade Amarnienne composée d'Aton, Akhénaton et de Néfertiti. Une cosmogonie qui est terminée par les six filles du couple, très chères aux yeux de leurs parents. La triade ne dura pas en tous cas dix ans. Et Amon reprit ses droits.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Dieux en A   16/5/2007, 09:43

Ament
Ament est une forme de la déesse égyptienne Mout. Elle est représentée portant le Pschent.




Ammon-Zeus
Il apparaît dans l'iconographie grecque sous forme humaine, les tempes ceintes de cornes de bélier.

Sur les pièces de monnaie, on voit souvent Alexandre avec des cornes de béliers, figure d'Ammon, mais à la fois de Zeus. Cette monnaie fut la plus répandue de toute l'Antiquité. La fabrication se continua longtemps après la mort du conquérant, dans la Macédoine jusqu'à l'avènement de Démétrios et dans l'Asie Mineure jusqu'à la bataille de Magnésie.

De toute l'histoire du sanctuaire de Zeus-Ammon la consultation d'Alexandre le Grand est certainement le moment le plus important.


Outre Siwa et Kôm Oushim (ou Karanis) dans le Fayoum en Égypte, Zeus-Ammon était honoré en divers endroits du monde grec : à Aphytos en Chalcidique, à Thèbes en Béotie, à Sparte et à Gytheion en Laconie.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Dieux en A   16/5/2007, 09:45

Ammout
Dans la mythologie égyptienne, Ammout, La dévoreuse des morts (autres orthographes : Ammut, Amam, Amemet ou Ammit) est la déesse qui, lors de la pesée du cœur, dévorait les âmes des humains jugés indignes de continuer à vivre dans l'au-delà.

Elle est représentée sous les traits d'une créature à tête de crocodile, à corps et pattes avant de lion et à l'arrière-train et pattes arrière d'hippopotame.

On la trouve attendant aux côtés de Thot et d'Osiris, dans la salle du jugement des deux vérités, le verdict de la cérémonie de la pesée du cœur, où le cœur du défunt est déposé dans une balance dont le contre-poids est la plume de la vérité (symbole de Maât). Si le cœur du défunt est plus lourd que la plume de Maât, c'est qu'il est chargé de trop de péchés, et Ammout est chargée de dévorer son âme, le Bâ, empêchant ainsi l'âme du coupable de retrouver son corps pour ressusciter dans le monde des morts.


Elle est associée au démon Babaï.







Amon
Amon est l’une des principales divinités du panthéon égyptien. Son nom Imen, « le Caché » ou « l’Inconnaissable », traduit l’impossibilité de connaître sa « vraie » forme, car il se révèle sous de nombreux aspects. Il est Imen achâ renou, « Amon aux noms multiples ».

Avec sa parèdre Imenet, il fait partie des entités divines de l'Ogdoade d'Hermopolis. Sous la forme d'une oie, l’un de ses animaux symboliques, il pondit l'œuf primordial d'où sortit la vie. Sous la forme d'un serpent, il fertilisa l'œuf cosmique façonné dans les Eaux primordiales. Les Textes des Pyramides le mentionnent parmi les divinités protectrices du roi défunt et, au Moyen Empire, il prend une place prépondérante dans la région de Thèbes, où il finit par supplanter Montou. Les théologiens thébains lui assignent une nouvelle parèdre, Mout, et un fils, le dieu lunaire Khonsou, avec lesquels il forme la triade thébaine. À partir de la XIe dynastie, il s’impose comme dieu dynastique, et l’avènement des Amenemhat ( « Imen est en tête ») de la XIIe dynastie fera de lui le roi des dieux, « seigneur des trônes du Double Pays ». Pendant la XVIIIe dynastie, Amon devient la divinité nationale par excellence, l’unificateur de l’Égypte qui a permis la victoire d'Ahmosis sur les envahisseurs Hyksôs. Il est alors associé à Rê, dieu Soleil d’Héliopolis, et devient le dieu cosmique Amon-Rê, « l’éternel, le seigneur de Karnak, créateur de ce qui existe, maître de tout, établi durablement en toutes choses ».

Sa figuration traditionnelle est celle d'un homme coiffé de la couronne portant deux hautes plumes verticales, les chairs peintes en bleu. On le représente également la peau brune, plus rarement, ou noire, d'où son assimilation au dieu de Coptos, Min.

Il est associé à l’oie, sans doute par analogie phonétique, et au bélier. Ainsi, devant l'entrée de son temple de Karnak s'étend une allée de sphinx criocéphales (ou criosphinx), symboles de sa puissance procréatrice. Il est aussi mis en rapport avec le dieu de Coptos sous le nom Amon-Min dans lequel il s'incarne en divinité de la fécondité. À côté de cet Amon dynastique, inaccessible au commun des mortels, il existe un Amon ressenti comme moins distant et prêtant une oreille attentive aux pauvres, aux malades et aux femmes enceintes, qui peuvent l’approcher lors des grandes festivités religieuses.

C'est à l'époque archaïque que l'Amon égyptien est assimilé à la divinité grecque Zeus. Ce sont les Cyrénéens qui le feront connaître au monde grec en tant que Zeus Ammon. Son sanctuaire oraculaire à l'oasis de Siwa, est le troisième en importance après Delphes (consacré à Apollon) et Dodone (consacré à Zeus). Alexandre le Grand s'y est fait proclamer fils d'Ammon-Zeus en 331.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Dieux en A   16/5/2007, 09:47

Amon-Min
Dans la mythologie égyptienne, Amon-Min est un dieu dit ithyphallique car représenté, tel Priape, le phallus horizontal.

Son principal temple est à Coptos et son offrande préférée est la salade, censée selon les anciens Égyptiens, favoriser la fertilité.

Il fait partie des dieux emmaillotés comme Osiris, Ptah et Khonsou.




Amon-Rê
Amon-Rê est le dieu le plus important de la mythologie égyptienne.

Malgré son nom, sa véritable forme est celle d'Amon. Il prend les titres d'Amon-Rê lorsqu'il est dans toute sa gloire. Son lieu de culte principal est dans la ville antique d'Ouaset, ou Louxor (Thèbes) mais surtout à Karnak, le temple le plus riche du pays. Son nom dépassa vite la ville et le pays l'adora.

Amon le caché apparaît comme un dieu souverain. Certaines légendes racontent que par sa semence, il fertilisa le cosmos. Il avait la peau bleue car sa chair était constituée de lapis-lazuli, pierre magique par excellence. Sous la VIe dynastie, il fut associé à Rê, dieu solaire d'Héliopolis.

Son oracle à Siwa, eut une popularité grandissante. Alexandre le Grand s'y rendit pour savoir s'il était le fils d'Amon. Le dieu était pour le Macédonien Zeus, Ammon-Zeus ou Ammon. L'oracle a failli périr par une armée envoyé par un roi Perse (disparue dans le désert immense, un des plus dangereux du monde).

Les temples nubiens sont souvent édifiés à la gloire d'Amon-Rê et il paraîtrait que le roi divin aurait été vénéré encore après le culte d'Isis, dans la même oasis sans doute, jusqu'à l'islam.





Amset
C'est la divinité protectrice du foie des morts. Elle est représentée sous la forme d’un homme momifié. Son lieu de culte est associé à la ville de Bouto dans le delta du Nil. Il est l’un des quatre génies funéraires appelés « Les fils d'Horus » qui avaient pour mission de garder les viscères du corps du défunt.

À partir de la fin de la XVIIIe dynastie, les bouchons des vases canopes sont modelés à l’image des divinités qui les protègent. Le vase canope qui renferme le foie protégé par Amset, à un couvercle qui représente une tête humaine. Pour que le pouvoir s’accomplisse et qu’il protège les organes momifiés, ce génie doit être associé à une déesse et à un point cardinal. Pour Amset c’est le Sud et la déesse Isis.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Dieux en A   16/5/2007, 09:49

Anat
En Égypte, Anat (ou Anta) ou est une déesse d'origine asiatique (Asie Mineure), coiffée de la couronne de Haute-Égypte ornée de deux plumes. Déesse guerrière, elle tient d'une main une massue (ou une hache) et de l'autre une lance et un bouclier ; elle protège le souverain lors des combats. Elle fit son entrée dans la religion égyptienne dès l'occupation hyksôs. Plus tard les souverains ramessides l'introduisent officiellement dans le panthéon. Elle domine les animaux sauvages, veille sur les chars de guerre et sur les chevaux durant les batailles, et, dans cette fonction, on en fit l'épouse de Seth.

Elle devint une forme d'Hathor adorée durant le Nouvel Empire. En Asie, c'était la sœur et l'épouse de Baâl qui fut vénéré en Égypte, assimilé à Seth. Elle était considéré comme une fille de Rê ou de Ptah, et s'habillait en soldat mais c'était aussi une déesse vache. Elle se confondait parfois avec Astarté. Accompagnée du dieu Min, elle a acquis un caractère attaché la fécondité et à l'amour bien que, curieusement, et vu sa relation avec Seth (dieu stérile), cette divinité conçoit mais n'enfante pas.

Elle recevait un culte à Tanis dans le delta, et y possédait même un temple personnel.





Andjéty
Andjety est un dieu funéraire de la mythologie égyptienne. Tout comme Osiris, Andjety décidait de la renaissance du défunt dans l'Au-delà. Son lieu de culte majeur était Bousiris, la capitale du neuvième nome de Basse-Égypte. Il était représenté sur l'enseigne-fétiche du nome sous la forme (probable) d'un roi tenant le sceptre Heka et le flagellum, coiffé d'une couronne semblable à la couronne Atef d'Osiris : des cornes de bélier que surmonte un cône encadré de deux plumes retenues par un long ruban retombant dans le dos.

Son nom signifie sans doute « Celui d'Andjet », Andjet étant le nom égyptien de Bousiris. Quelques auteurs voient en Andjety un roi prédynastique du delta qui fut divinisé après sa mort, bien que le dieu ne soit mentionné qu'à partir de la Ve dynastie, dans les Textes des Pyramides.

Au Nouvel Empire, il fut représenté dans le temple de Sethi Ier à Abydos. Toutefois, Osiris, qui lui avait emprunté ses attributs, finit par le supplanter, tout comme Bousiris fut supplanté par la ville sainte d'Abydos.




Anhour
Anhour (Onuris, Onouris , An-Her, Anhuret, Han-Her, Inhert ) est un dieu étranger de la guerre, qui a été adoré en Égypte pendant la XIe dynastie.




Anoukis
À l'Ancien Empire, elle était vénérée comme une divinité associée à l'eau. Fille du dieu Rê, elle veillait sur le roi et au bon déroulement de la crue du Nil.

Au Nouvel Empire, elle devint la parèdre du dieu Khnoum aux côtés de Satis (dont elle est généralement la fille) avec qui elle forme la triade d'Éléphantine. Elle est alors chargée de canaliser la crue engendrée par Satis pour éviter les trop peu et les trop plein. Parmi ses épithètes on trouve ainsi, « Celle qui nourrit les champs », « Celle qui donne la vie » ou encore « Celle qui tire en avant » (en référence à l'inondation). Elle symbolise également la Nubie, pays des sources du Nil. Elle est alors la « dame du Sud » et est associée aux produits précieux que les Égyptiens allaient y chercher.

Son animal sacré était la gazelle dorcade, nombreuses sur les bords du Nil dans la région de la première cataracte, dont une nécropole a été découverte à Kômir, au sud d'Esna.

À l'époque ptolémaïque, elle fut également associée à la luxure et de la sexualité par extension de son rôle fertilisant et peut-être du fait de son nom ambigü. Elle est alors associée au coquillage cowrie dont la forme rappel celui d'un vagin.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Dieux en A   16/5/2007, 09:50

Anty
Dans la mythologie égyptienne Anty (Le griffu) est un dieu faucon guerrier du XIIe nome assimilé à Seth. Il était vénéré avec la déesse Matit.

Antiwey correspond à deux faucons qui représentent Horus et Seth réconciliés. Un culte leur était rendu dans le village de Qaou-el-Kebir (l'antique Tjebou) en Haute-Égypte.




Antywey
Antywey est le nom qui correspond, dans la mythologie égyptienne, à deux faucons qui représentent les dieux Horus et Seth réconciliés. Un culte leur était rendu dans le village de Qaou-el-kebir (l'antique Tjebou) en Haute-Égypte. La parèdre du dieu résultant de cette fusion est Nephtys.




Anubis
Les chacals et les chiens sauvages peuplaient les étendues désolées où se trouvaient les nécropoles. C'est sans doute pour se protéger de ces rôdeurs qui n'hésitaient pas à déterrer les cadavres, que dès le début de l'ère pharaonique, les Égyptiens divinisèrent ces animaux pour s'attirer leurs bonnes grâces. Les différentes fonctions d'Anubis se retrouvent dans les quatre épithètes qui lui sont généralement associées :

* Tépy-djouf, « Celui qui est juché sur sa montagne » ;
* Khenty-seh-netjer, « Président du divin pavillon » (où se déroule l'embaumement) ;
* Imy-out « celui qui est la bandelette » ;
* Néb-ta-djéser, « Seigneur de la nécropole ».

Dès l'Ancien Empire, Anubis préside la cérémonie de l'embaumement et celle de l'ouverture des yeux et de la bouche, répétant ainsi le miracle qu'il avait accompli pour Osiris. À partir de la Ve dynastie, il est supplanté dans cette tâche par Osiris et en devient l'assistant. Durant l'embaumement, le chef des prêtres embaumeurs (le Héry-séshéta, « Supérieur des mystères ») portait un masque à l'effigie d'Anubis.

Sur les murs des premières mastabas, c'était à lui, et non encore à Osiris, que le défunt adressait ses prières pour la survie de son corps après la mort. En effet, dès l'origine du culte, il est à la fois le gardien et le guide du défunt. Ainsi, on retrouve souvent à l'entrée des hypogées, deux Anubis sous formes de canidés allongés face à face, faisant office de barrière contre les forces du mal cherchant à perturber le repos éternel du défunt. Dans le texte des pyramides, il est le guide qui conduit le défunt à travers le royaume des morts jusqu'à la salle des deux Maât, le présente au tribunal divin et veille au bon déroulement de la pesée du cœur (la psychostasie). Également souverain des morts, il est rapidement supplanté dans ce rôle par Osiris qui assimilera petit à petit la plupart de ses prérogatives importantes et qui finit par en faire un dieu de second plan. Il devient le gardien des portes du royaume des morts et se voit parfois représenté avec une clef à la main sous sa forme anthropomorphe ou fixé à un collier sous sa forme canine.

Il reste un dieu funéraire prédominant et assimile les autres divinités canines liées au culte funéraire telles que Oupouaout et Khentamentiou, ainsi que les dieux Ha, Amenti et Sokaris.

La parèdre d'Anubis est la déesse Anupet (Inpout ou Anepout en égyptien), déesse canine des funérailles et du désert.




Anupet
Anupet est une déesse canine associée aux funérailles et au désert dans la mythologie égyptienne. Parèdre d'Anubis, elle partage beaucoup de ses fonctions et comme lui, le centre de son culte se trouve dans la ville de Cynopolis « la cité des chiens » (Henou en égyptien) dans le XVIIe nome de Haute-Égypte. Son nom égyptien est Inpout ou Anepout.




Anzti
Dieu égyptien, Anzti est une divinité très ancienne de la ville deltaïque de Busiris. Dieu-roi, il est représenté en homme coiffé de deux hautes plumes, ruban retombant sur le dos, portant une petite barbe et tenant dans ses mains le sceptre heka et le flagellum. Il fut très tôt supplanté à Busiris, par le dieu Osiris, qui lui prit certaines de ses particularités.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Dieux en A   16/5/2007, 09:52

Apédémak
Il est représenté sous les traits d'un homme à tête de lion ; connu également sous une forme à trois têtes et quatre bras ; ou encore un buste de lion sur le corps sinueux d'un serpent jaillissant d'un lotus. À l'instar des principaux dieux guerriers, Apédémak porte un corselet constitué d'écailles métalliques à vocation défensive. Il est parfois représenté à dos d'éléphant.

Ses attributs divins
Son principal attribut est la triple couronne posée sur une encorne de béliers que protègent deux uraei. Un arc et des flèches rappellent sa nature guerrière. Il lui arrive aussi de tenir captifs des prisonniers de guerre. Enfin, Apédémak tient souvent en main un sistre coiffé de sa tète couronnée .
Les éléphants et le bétail étaient au centre du culte d'Apédémak, Musawarat es-Sofra, au nord de la Sixième cataracte, où les éléphants revêtaient une signification militaire et religieuse.
Apédémak pourrait ne faire qu'un avec une divinité solaire symbolisant la guerre, la fécondité et l'abondance, et dont l'image est encore visible à Gebel Geili.

Son animal sacré
Le lion .

Son élément
Le feu.

Sa couleur
Le rouge.

Ses fêtes
On est mal renseigné sur les fêtes données en son honneur. Sans doute étaient-elles d'ordre militaire.

Lieux de culte
On les rencontre essentiellement en Haute-Nubie, à Nagada, Oudi ben Nagâ et à Musawarat es-Sofra (Moussaourât).

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Dieux en A   16/5/2007, 09:53

Api
Api est un dieu de l'Égypte antique. Api n'est pas à confondre avec Apis, Hâpy ou Hâpi. Il est un dieu solaire et emprunte les traits de Khépri : il est le scarabée lumineux et ailé.




Apis
Apis est le nom grec d'un taureau sacré de la mythologie égyptienne vénéré dès l'époque préhistorique. Les premières traces de son culte sont représentées sur des gravures rupestres, il est ensuite mentionné dans les Textes des Pyramides de l'Ancien Empire et son culte perdura jusqu'à l'époque romaine. Apis est symbole de fertilité, de puissance sexuelle et de force physique.

Son incarnation physique était vénérée dans tout le pays, et gardée à Memphis dans un Apieum voisin du grand temple de Ptah. L'Apis était choisi selon des critères très stricts (peut-être vingt-neuf), dont entre autres, un pelage noir, un triangle blanc sur le front, un signe en forme de vautour aux ailes déployées sur le dos, les poils de la queue doubles et un signe en forme de scarabée sous la langue.

La légende veut qu'à sa mort, l'Apis se réincarne dans l'un de ses congénères, que les prêtres étaient chargés de retrouver. Ainsi, un seul taureau était vénéré à la fois. La mort d'un taureau Apis était un événement majeur (qui se répétait tous les quatorze ans en moyenne) et qui conduisait à un deuil national de soixante-dix jours (le temps de sa momification). Les funérailles de l'Apis étaient fastueuses ; embaumé, il était déposé dans un sarcophage et inhumé dans le Sérapéum de Saqqarah, un tombeau commun grandiose aménagé au Nouvel Empire. La mère de l'Apis avait également droit a un traitement de faveur, et était inhumée dans une nécropole particulière non loin de l'Iséum de Saqqarah.

À Memphis, Apis est d'abord le héraut du dieu Ptah, le créateur, puis est associé à son bâ. À partir du Nouvel Empire, il est également associé au dieu Rê, la vie, et commence à être représenté portant le disque solaire entre ses cornes. À sa mort, l'Apis était assimilé au dieu Osiris sous le nom d'Osiris-Apis et se trouve associé au culte funéraire. Ainsi, à la Basse Époque on le trouve représenté sur les sarcophages comme un taureau portant la momie du défunt sur le dos, et l'accompagnant jusqu'à son tombeau. À l'époque gréco-romaine, sa forme funéraire d'Osiris-Apis sera assimilée (notamment à Alexandrie) aux dieux Pluton et Apollon sous la forme du dieu Sérapis. D'où le nom du tombeau des Apis, le Sérapéum.

Il est représenté sous la forme d'un taureau portant un disque solaire entre les cornes et souvent également l'uræus.




Apophis
Dieu des forces mauvaises et de la nuit, personnification du chaos, du mal cherchant à anéantir la création divine. Son nom Aapep ou Aapef (en égyptien) signifiait "géant" ou "serpent géant". Il est représenté justement sous la forme d'un serpent gigantesque qui s'attaque quotidiennement à la barque de Rê voguant sur le Noun, afin de mettre fin au processus de la création, mais il est chaque fois vaincu. Chaque lever du soleil marquait ainsi la victoire de Rê sur Apophis.

Rê était aidé pour repousser Apophis par d'autres divinités : Seth était désigné par Rê pour défendre la barque divine à l'aide d'un harpon, Isis, à l'avant de la barque solaire, utilisait ses pouvoirs pour priver Apophis de ses sens dans le but de le désorienter, ce qui permettait au chat de Rê, personnification de la déesse Bastet, de décapiter le serpent. Dans des rites destinés à repousser Apophis et les autres puissances nuisibles, des petites figurines sur lesquelles était gravé le nom d'Apophis étaient jetées au feu. On trouve fréquemment des images d'Apophis ligoté et transpercé de flèches.

Il est possible que ce soit l'explication qu'ont trouvé les Égyptiens de l'Antiquité pour expliquer les phénomènes d'éclipse de soleil qui représentaient autant de combats momentanément perdus par le dieu Rê.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Dieux en A   16/5/2007, 09:54

Apérètisèt
Aperet-Isis (ou Aprit-Isis) est une déesse-lionne de la mythologie égyptienne, qui n'est connue que par des inscriptions tardives, datant des époques saïte et gréco-romaine. Le nom égyptien, Aperet-Isis, signifie « celle qui équipe le trône » ou « celle qui est pourvue d'un trône ». Identifiée d'abord à Isis, qu'elle finit par supplanter, elle est représentée portant la coiffure hathorique, formée du disque solaire encadré de deux cornes. Elle serait par conséquent une forme d'Hathor léontocéphale, la déesse de l'amour. À ce titre, en tant que compagne de Min, elle est parfois assimilée à Répit, mère de Kolanthes.

Son culte était apparemment limité à Akhmîm, « Le tertre (?) de Min », la Panopolis grecque, capitale du 9e nome de Haute-Égypte.




Arensnouphis
Arensnouphis est un dieu d'origine nubienne, il venait du sud. On le donnait comme seigneur d'Oponé sur la côte de Somalie. Les égyptiens l'identifièrent à Chou qui alla au loin chercher la déesse Hathor irritée. On le trouve aussi identifié à un autre dieu nubien Dedoun.




Astarté
Astarté, Athtart en Ougarit, Ashtart en punico-phénicien, ou Ishtar, dérivée de la déesse de Babylone, généralement assimilée à la déesse mésopotamienne Inanna, est une déesse phénicienne présentant un caractère belliqueux (également implantée dans la mythologie égyptienne sous les ramessides). À califourchon sur son cheval, elle accompagne et protège le souverain. Elle devint la fille de Rê ou de Ptah, et est une des compagnes de Seth). Ce sera Tanit, chez les Carthaginois.

Tanit est une déesse d'origine phénicienne de la fertilité, présidant aux naissances et à la croissance. Elle était la déesse tutélaire de la ville de Serepta et son culte prit de l'ampleur à Carthage où elle était nommée Oum.

Élément féminin du couple suprême qu'elle forme avec Baal, celle-ci assume des fonctions variées : protectrice du souverain et de sa dynastie, elle protège également les marins mais son culte est, comme pour la plupart des divinités féminines primordiales de l'antiquité (et de la proto-histoire), lié à la fertilité et à la fécondité.

Parfois vénérée sous le nom de Tanit, elle sera assimilée à Vénus par les Romains sous le nom officiel de Venere Ericina.

Le papyrus d'Astarté (papyrus fragmentaire) semble laisser entendre qu'Astarté est celle qui contrecarre les demandes exorbitantes de tribut que Yam (roi des dieux) demande aux autres dieux.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Dieux en A   16/5/2007, 09:55

Aton
Aton est un dieu solaire de l'Égypte antique. Il est surtout connu comme un dieu éphémère de la mythologie égyptienne du Nouvel Empire (v. -1353 à -1337). Cependant son origine est bien plus ancienne en tant que principe visible du dieu Atoum-Rê comme nous le décrivent les Textes des pyramides de la fin de l'Ancien Empire.

Amenhotep III le bâtisseur, donna à Aton un rôle prédominant durant son règne, mais c'est son fils, Amenhotep IV, qui fera de la personnification du disque solaire, Aton, le dieu unique de l'Égypte. Amenhotep IV prendra alors le nom de Akhénaton, littéralement celui qui est utile à Aton, et transformera le grand temple du dieu Amon-Rê à Karnak en lui adjoignant à son orient tout un complexe cultuel dédié au disque. En l'an V de son règne il construira et lui consacrera une nouvelle capitale : Akhetaton, l'Horizon d'Aton, (Tell el-Amarna en arabe), ce qui ne cesse de marquer les esprits tant on peut percevoir par cette fondation l'orientation décisive que le jeune souverain donne au culte solaire.

Akhénaton fait alors du culte d'Aton une véritable révolution ésotérique. Aton, « père et mère de toute création », est un dieu unique (à l'époque, le polythéisme est de rigueur dans tout le monde connu) et universel (il ne limite pas ses bienfaits à l'Égypte). Autrefois représenté sous les traits d'une divinité à tête de faucon surmontée du disque solaire (en tout point semblable aux représentations du dieu Rê), Aton sera, sous le règne d'Akhénaton, représenté sous la forme d'un disque solaire, dont les rayons terminés par des mains, tendent la clef de vie Ânkh aux humains et à toute la création.

Symbolisé dans ce soleil dont les rayons transmettent la vie sur terre, Aton n'a pas d'autres formes tangibles que celle visible du disque solaire qui chaque jour rayonne dans le ciel. Il ne pouvait donc être représenté par une image sculptée ou encore une idole. En théorie, les fidèles n'ont pas besoin de prêtres pour faire l'intermédiaire entre eux et le dieu, puisque chacun peut s'adresser à l'astre pour adorer Aton. Néanmoins, le commun des mortels ne peut pas réellement comprendre l'essence d'Aton : le Pharaon devient intermédiaire entre le Dieu et le peuple, et le fidèle prie un autel contenant une image du roi, par deux principales prières, qui sont réputées avoir été inspirées par le roi lui-même, répétant là ce que seuls les grands prêtres officiaient aupravant par délégation directe de Pharaon dans le secret des sanctuaires. Certains pensent que le culte d'Aton est à l'origine du judaïsme qui lui emprunterait beaucoup de ses concepts et qui aurait vu le jour dans la population juive d'Égypte moins d'un siècle plus tard.

Cependant il faut nuancer cette révolution conceptuelle de la divinité en précisant que le roi n'abolit pas le système théologique basé sur une divinité solaire qui depuis l'Ancien Empire jusqu'à lui rayonnait déjà sur l'ensemble des cultes du pays. En témoignent les nombreux synchrétismes associant Rê à une divinité majeure d'un nome, autant de tentatives précédentes de l'universalité du culte solaire qu'Akhénaton sublimera de manière certes magistrale et pour le coup exclusive. Il est attesté par exemple qu'au début de la fondation d'Akhétaton le roi y fait "transférer" le culte du taureau sacré d'Héliopolis, Mnévis pour le quel une sépulture aurait été aménagée au cœur de la nécropole située à l'est de la nouvelle capitale solaire. Ce culte de l'hypostase vivante du dieu qui était le pendant depuis des générations de la personnification divine à l'instar de Pharaon lui même, ne fut donc pas bannit mais réinclu dans la théologie atonienne dont les principaux rites ne devaient pas être étrangers à ceux pratiqués dans l'antique cité du dieu soleil. L'intercesseur entre Dieu-Aton et le peuple reste le Roi lui même mais Akhénaton s'approprie ce rôle de façon unique et innove en y associant à égalité sa grande épouse royale Néfertiti qui sera représentée également accomplissant les rites quotidiens au grand temple d'Aton à Akhétaton. Seul le couple royal est habilité à procéder aux rites sacré et toutes les représentations de ce culte les associaient systématiquement. Toute prière à « Dieu » doit passer par les enfants du Soleil.

Enfin le culte d'Aton loin d'être rendu uniquement dans sa ville consacrée et royale se voit imposé dans les sanctuaires des divinités majeures du pays. Héliopolis en premier lieu où des vestiges d'un monuments dédié au disque ont été retrouvés, Karnak donc, où l'éclat du culte solaire éclipse le dieu caché Amon. Mais on peut également citer Memphis où certains vestiges donnent le nom du temple d'Aton de la cité du dieu Ptah autre démiurge qui par son aspect chtonien était étranger à la théologie solaire. Il fut élevé à l'est du temple de l'antique divinité memphite.

Le culte rendu à l'astre était bien trop abstrait dans la mentalité des égyptiens : ils n'étaient pas prêts.

Considéré comme le créateur du monde (au même titre que Amon-Rê), il se heurta alors aux puissants clergés traditionalistes dépossédés de leurs prérogatives cultuelles et ne put s'imposer que grâce à l'autorité d'Akhénaton qui interdit le culte des anciens dieux et retira notamment aux prêtres d'Amon le pouvoir et les richesses qu'ils avaient accumulés. À la mort d'Akhénaton (ou sous le règne du jeune Toutânkhamon), le culte d'Aton retourne dans l'oubli et le culte d'Amon est rétabli. La ville d'Akhetaton est abandonnée et la cour retourne à Thèbes.

Le premier monothéisme officiel du monde, pour certains il s'agirait plutôt d'un hénothéisme ou d'une monolâtrie, aura duré dix-huit ans ou guère plus, mais il est probable que ce culte ait été transmis de génération en génération[2], bien qu'on n'en ait aucune preuve.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Dieux en A   16/5/2007, 09:55

Atoum
Atoum ou Toum est un dieu de la mythologie égyptienne.

Il naquit de Noun, la personnification de l'océan primordial. Dans la genèse des dieux égyptiens, Atoum occupe la place du créateur. C'est lui qui de sa semence créera le premier couple divin, Chou et Tefnout, d'où descendront les principaux dieux de l'Égypte antique (la grande Ennéade).

L'explication de la création du premier couple varie selon les traditions, Atoum n'ayant aucun partenaire pour procréer. Selon une première légende, le Dieu créateur se masturbe, et c'est de son sperme que naissent Chou et Tefnout. Selon une seconde légende, c'est à travers son crachat qu'il leur donne naissance. Enfin, une dernière légende dit qu'il engendre ses enfants de sa simple parole, en les nommant ; ce qui ne va pas sans évoquer la création du monde selon la Bible, où Dieu crée là aussi la matière simplement en la nommant. L'on a aussi dit que c'est des larmes d'Atoum, pleurant suite à l'éloignement de ses enfants, que seraient nés les hommes.

Dieu d'Héliopolis ayant pour animaux sacrés l'anguille et l'ichneumon (ou le serpent et le lion selon les sources), il est représenté sous l'apparence d'un homme coiffé de la double couronne de Haute et Basse-Égypte et tenant dans les mains le sceptre Ouas et la croix ansée (Ânkh).

À l'origine, Atoum est le dieu soleil, mais il perdra peu à peu son pouvoir au profit de Rê, qui finira par le remplacer dans le panthéon égyptien. Sous le nom de Rê-Atoum, sous l'aspect d'un vieillard courbé, il incarne le soleil et tout particulièrement au couchant.

Dans le monde divin, il tient le compte des années de règne de chaque souverain.

Le taureau Mnévis (Mr-wr), choisi par les prêtres selon des critères très stricts, était l'incarnation terrestre d'Atoum. Le taureau sacré était gardé dans le temple d'Héliopolis et, à sa mort, il était enterré avec tous les honneurs.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dieux en A   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dieux en A
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EVENT] Omnia, la fête de tous les dieux
» Bob marley c'est dieux
» Après la folie des dieux....[PV Shion, Urio]
» Apprentis Dieux
» Liste des dieux disponibles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rôles et Légendes :: L'univers mythologique :: Europe méditerranéenne Sud et Moyen-Orient :: Egyptienne-
Sauter vers: