Rôles et Légendes


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 2. Swalinn

Aller en bas 
AuteurMessage
Maegluin

avatar

Nombre de messages : 809
Date d'inscription : 15/01/2007

MessageSujet: Chapitre 2. Swalinn   23/1/2007, 15:11

HRP. "La Saga d'Helheim et Midgard" ou "La Saga de Thorwal Wulfgardson" pourraient convenir comme titre. Temporairement, jusqu'à trouver mieux...

RP
-« Ils sont sous la ville. À grande Profondeur, Seigneur Odin. »

Le Dieu Borgne, Maître des Cieux est assis sur son trône. Une coupe d'hydromel dans sa main. Il écoute le chant des Nornes monter des rivages glacées d'Islande. Sans bouger la tête, son oeil unique se pose sur son fils.
-« Nul besoin pour nous d’intervenir Thor. Nos plans restent inchangés. Tout se passe pour le mieux. Tu sais ce que signifie Swalinn n’est-ce pas ? »

-« Swalinn est le nom du bouclier que tu installas sous le Char du Soleil pour empêcher que ses rayons ne brûlent Midgard. Mais je n’ai jamais su pourquoi cette cité porte ce nom. Certes, c’est une forteresse mais… »

-« J’ai voulu faire de cette cité une Forteresse pour les Hommes, un Bouclier qui les protégerait. Crois-tu que je n’ai pas prévu ce qui arrive ?. ».
Le dieu est souriant, spectacle assez rare pour que son fils s’en étonne. En silence, car Odin poursuit :
-« Le nom vient du fait que la cité et toute la région qui l’entoure est posé sur un socle de métal, indestructible, forgé par les nains du Svartalfheim. Les Nibelungen. Ils l’ont fait à ma demande, il y a des millénaires et l'on installé quelques dizaines de pas sous le sol. Nul pouvoir ne pourrait le détruire, pas même le mien ou le leur !!. C’est pourquoi j’ai poussé les Hommes du Danevik à y installer leur capitale. Ah, Thor, n'ai aucune inquiétude à ce sujet: Swalinn est un bouclier, posé sur un bouclier. Non, pour attaquer, les légions d’Helheim devront passer par la terre, les Landes Hurlantes et les Montagnes Stériles. Laisses-les creuser Thor. Ils finiront par comprendre que la porte du Ygdrasil est un leurre. Mais pas trop vite j’espère… Après tout, un tunnel, ça s’écroule souvent et enseveli facilement ceux qui l’empruntent… »

Rejetant en arrière sa divine tête, Odin rit. Et son rire réjouit le cœur des Ases et des Vanes.

À un monde de distance, les Hommes, ignorants du danger dont la précaution du dieu les a protégés, ressentent comme un instant de joie. L’impression fugace que leurs soucis ont disparu. Trop vite, cette sensation disparaît.

HRP. Ouf... cette histoire de tunnel m'a posé un soucis. Heureusement que je ne nomme jamais les lieux ou les gens au hasard...le nom Swalinn est authentique et m"a donné une solution.
HRP 2. Avec tous ca je perd du temps dans les préparatifs militaires des Hommes....et des Dieux?
HRP 3. J'ai demandé à une amie de nous lire chaque soir. Au dernier sondage: elle adore mais trouve ca très sanglant..Et toi, as tu connaissance de réaction à notre travail?


Dernière édition par le 27/8/2007, 00:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Chapitre 2. Swalinn   24/1/2007, 01:34

HRP: -bien joué pour la solution, je croyais enfin avoir trouver une attaque imparable mais tu vas m'ensevelir sur place... heureusement que le monde des morts et rempli de guerriers ^^
-pour les fieux, il vaut toujours mieux les utiliser en dernier recours. J'ai dans mon camp les trois dieux des enfers, mais je ne les utiliserais que pour des questions diplomatiques ou si je suis sur de la victoire
-personnelement je ne sais pas qui lit les textes. mais sa a l'air de plaire et sa me plait aussi donc je continue ^^

RP:
Le général de Lug continua sa route sur les Landes Hurlantes, accompagné de ses onzes amis zombifiés. Il se dirigeait vers Swalinn, la marche de son cheval était lente et monotone. Les loups entouraient frequemment le petit groupe en prévision d'un repas. Mais chacune de leur attaque, même à deix contre un se revela par un echec. La technocratie des Lychantropes, une société basé sur le developpement social et sa cohésion eut vent des echecs de leur fils. Leur capital, Latona, en référence à leur déesse mère, se mit aussitôt en effervescence. Ce peuple méconnut de tous, faute à leur autonomie et la peur qu'ils inspirent, nomade et aux guerriers sanguinaires ne réalisa que bien trop tard le danger qui le guettait dans le monde des hommes. Némès franchi la frontière entre le Bénélos et les Landes Hurlantes au début de la saison froide, ses hordes de démons ravageant les vertes prairies et les bois sacrés.

"Rhaada, faisons un tour à Panopolis, la demeure des nymphe. J'ai quelques mots à dire à ma soeur.
-Tu as une soeur ?
-Une soeur jumelle, Nyx, nymphe de la nuit.
-Je serais toujours étonné de ta généalogie Némès."
Némès éclata de rire, un rire cristallin, doux et mélodieux, en contradiction avec son caractère démoniaque. Rhaada lui sourit en retour, avant de reprendre la parole:
"A combien de lieu sommes-nous de Panopolis ?
-Une centaine tout au plus, nous serons arrivé avant que notre gentil général lugien ne soit à Swalinn.
-Bien, devons nous prevenir toute l'armée ?
-Non, laissons-les s'amuser un peu avec les loups, allons-y tout les deux."
Rhaada lui lança un regard en coin et fut surpris de l'air joyeux de Némès. Il adorait par dessus tout sa maîtresse, mais ses gestes l'inquiétaient de plus en plus. Jamais une démone, qui plus est la gardienne des âmes n'avaient jamais réagit ainsi.

A une lieu sous terre, des milliers de gobelins s'activent a creuser le sol, sans cesse relayés par des nouveaux arrivants. Des sorties de secours furent amenagés toutes les lieux, une pente douce de plusieurs kilomètres amenant directement à la surface, gardé par un régiment d'âmes. Les Landes Hurlantes furent souvent victime de raid surprise venant de loups enragés. Mais les troupes continuaient à défiler sous le sol, abreuvant la surface de contre-attaque sanglante, parfois par pur plaisir d'avoir une viande fraiche au repas.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Maegluin

avatar

Nombre de messages : 809
Date d'inscription : 15/01/2007

MessageSujet: Re: Chapitre 2. Swalinn   24/1/2007, 12:11

HRP. Pour les dieux, je suis totalement d'accord. d'autant qu'une intervention massive de ceux ci finirait l'histoire: tu ne pourrais y resister. Mais le passage de Thor en Helheim était la seule solution au problème du Jôtunheim. Et puis traditionnellement c'est son rôle: quand tu lis de la mythologie Nordique tu constates qu'il passe vraiment son temps à tuer des géant celui la. (Je ne tiens pas Thor et Odin discutant tranquilement autour d'un verre d'Hydromel pour une intervention...)

RP
Pendant ce temps, à Swalinn.
Thorwal est satisfait. Les préparatifs militaires progressent rapidement. Des campagnes et des cités du Danevik affluent le peuple et les guerriers. De rudes gaillards que la mollesse de Swalinn n’a jamais effleuré. Ils se présentent aux portes de la cité, en arme, avec famille et troupeaux. Les entrepôts se remplissent de matériel et vivres. Pendant que les gras bourgeois pleurent devant les réquisitions, les troupes s’organisent.
Le port lui-même est bondé. Tout le Nord de Midgard a répondu à l’appel et vient honorer ses vieilles alliances.
Venant de l’extrême Nord du Monde, de la péninsule de Scandie, les drakkars des Sweding et des Norviking, emplis d’hommes en armes et de chevaux, abordent. D’énormes guerriers blonds ou roux, habitués dès l’enfance à se baigner dans les rivières gelées et affronter des ours à main nues. Ignorant la peur, ne comprenant même pas l’idée de fuite ou d’hésitation, ils sont venus vaincre ou gagner leur place au Walhalla. Du Finland même, débarquent des troupes de petits hommes aux yeux bridés montés sur des rennes. Des Lapons paraît-il, dont les Shamans commandent aux vents…
D’Islande, la Terre de la Glace et du Feu n’est arrivé qu’un seul navire, immense et noir. Les prêtres et grands magiciens, qui en sont descendus, ont immédiatement été pris en charge par le clergé du Danevik et nul ne sait quel sortilège puissant ils ont amené avec eux.

Depuis les murailles ouest, dont les réparations progressent rapidement. Thorwal contemple sa cité. Il sera bientôt temps de contre-attaquer, pense-t’il. Et il a le sourire en retournant vers son appartement et les rapports des espions.

HRP. Je m'autorise un second petit chapitre ce soir..Nécessité fait loi.

RP
À la porte de l’Helheim, se présente un visiteur. Sa taille, ses vêtements brodés de pierre précieuses, sa barbe ouvragée sont parfaitement reconnaissable : Un Nain du Svartalfheim. Un de ces Nibelungen, grands creuseurs et prospecteurs de la terre, incomparables forgerons et orfèvres.
Il se présente au garde démoniaque :
-« Bonsoir, JE suis MIM, du peuple NIBELUNGEN. Veuillez transmettre à VOTRE maîtresse MON Message. ». Il marque une pause. Se gonfle la poitrine du sentiment de son importance. Barbe et moustache en frémissent d’orgueil. Enfin il commence, appuyant chaque mot d’une manière si comique que l’on entendrait presque chacune des Majuscules :
-« Dame, Maîtresse de l’Helheim, VOS troupes approchent actuellement les frontières de NOTRE Domaine. Sachez que le sous-sol des Montagnes Stériles est NOTRE Territoire et appartient de Plein Droit au Svartalfheim. NOUS ne VOUS autorisons pas le passage par CHEZ-NOUS. En aucun cas NOUS ne prendrons le risque d’offenser Odin en le faisant. NOUS n’avons pas d’alliance avec les hommes et ne les aiderons pas dans l’obscur conflit qui VOUS oppose à EUX, mais, NOUS ne VOUS permettrons pas de passer.
CECI ne sera PAS discuté. Inutile d’espérer NOUS faire peur. La Chair des NIBELUNGEN est née de la Pierre et est trop dure pour VOS dents. Et NOUS n’avons pas d’âme du tout, pour VOUS nourrir.
Les NIBELUNGEN ne se mêlent pas des affaires des autres, mais NOUS VOUS donnons ce conseil : Regagnez rapidement la surface de Midgard. VOUS ne pouvez imaginer à quel point VOS gobelins sont incompétents sur la question des tunnels et la fragilité de leur travail. Quand on n’y connaît rien, on évite de creuser. Surtout à proximité de lacs souterrains comme VOUS le faites. Une inondation est si vite arrivée et effondrerait si bien ces tunnels sur ceux qui ne seraient pas encore noyés….. »
Et laissant en suspend ces dernières paroles, le petit être falot se retourne et s’éloigne du démon-gardien sans rien ajouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Chapitre 2. Swalinn   25/1/2007, 09:28

HRP: je vais commencer la guerre avec le Nibelungen et les Landes Hurlanes, sa te laissera le temps de tout mettre en place ^^

RP
"Maitresse, Nibelung ne nous soutiendra pas, de plus, il nous bloque définitivement l'accès aux montagnes. Nos quelques expeditions ont été décimé par les nains et nos hommes ont été enseveli vivant dans les tunnels."

Némès se retourna d'un bloc. Elle tenait Rhaada par la main, les joues rouges et les yeux pétillants.

"Bien, nous aurons donc un ennemi en plus. Où en est notre expédition dans les Landes Hurlantes ?
-Latona est localisé, il se trouve au coeur des forêts nord, à la pointe Est des montagnes.
-Bien, nous passerons donc par la mer. Les Nymphes des eaux, les Océanides me doivent une faveur. Je vais rejoindre ma soeur Nyx, finalement je vais devoir lui requerir de l'aide. Rhaada... mon aimé, nous devons immediatement changer nos plans. Je suis attristé que nous puission continuer notre entrevue mais la guerre est malheureusement d'une plus grande urgence."

Elle plongea son regard dans celui du messager et y lut toute la peur d'un homme du Sud das ses yeux.
"D'où viens-tu ?
-Du Grand Desert, j'ai rejoins vos troupes il y a une lune.
-Ou se trouve l'armée principale ?
-Elle se dirige vers Bénélos. Une autre partie s'occupe de tester les défenses du Nibelungen. Des âmes sortent des puits infernaux vers l'Est et le Nord.
-Des âmes ?
-Le Helheim subit une guerre interne.
-Comment ?"

Elle sendormit aussitot, rejoignant le Helheim. Elle se dirigea vers la coline, les démons et les âmes se bataient entre eux dans d'horrible bruit. Hraesvelg l'attendait, assit sur son rocher.
"Modgud, maudit soit les Dieux !
-Que se passe-t-il ?
-Les géants ne pouvant pas rejoindre leur monde, les Dieux les ont utilisés contre nous. Ils ont brisés les huits sceaux démoniaques...
-NAN !
-Je crains le pire, nous ne contrôlons plus les âmes. JE suggère de tout arreter d'urgence avant que le Helheim ne se referme sur lui-même. Sans âme, notre monde disparaitrait.
-Chaos...
-Oui.
-Je ne peux plus rien arreter. Nos forces sont aux portes du Bénélos et aux frontières des Montagnes Enneigées.
-Odin ne nous laissera pas passer les montagnes. Tes soeurs sont avec nous ?
-Oui les nymphes nous aiderons, mais ne compte pas sur elle pour tuer.
-Je sais."

Garm bondit pres d'eux, le museau ensanglanté.
"Modgud, ne reste pas ici. Continues au plus vite ton périple et procure-nous Midgard. Tu veux autant que nous quitter ce monde. ALORS FAIS LE !"
Garm sauta sur la femme, la renvoyant aussitôt sur Midgard.

Elle se reveilla dans un lit de feuille, une douce voix la berçant d'un son mélodieux.
"Nyx ?
-Oui ma belle c'est moi.
-Je m'excuse des cérémonies, je dois d'urgence te demander ton soutient.
-Je sais, je suis au courant de tout. Félicitation pour Rhaada.
-Nyx !"
La moue déconcerté de Némès amusa Nyx qui partit d'un rire cristallin, flottant dans l'air humide de la forêt.
"Ne lis plus dans mes pensées Nyx, tu sais bien que je deteste ça.
-Peut-etre, mais nous avons gagner six heures grâce à moi !
-Comment ça gagner ?
-je te lis à livre ouvert depuis ton entrée dans la forêt. J'ai deja prevenu les nymphes de te soutenir dans ta campagne. Mais à une seule condition !
-Oui ?
-Laisses moi devenir la maraine de ton enfant."
La nymphe des ténébres sourit de toute ses dents, son charme et sa beauté aurait fait mourir un homme sur le champ devant tant de splendeur.
"Mon enfant ?
-Bonne nouvelle n'est-ce pas ?
-Comment ça mon enfant ?
-Tu es anceinte ma vieille. Tu as vécu bien trop longtemps dans le Helheim pour te rendre compte que ton ventre grossit à vu d'oeil et que tes nausées du matin ne sont pas du à ta montée à midgard mais bien de ta grossesse."

HRP: je vais commencer les combats contre le Latona la prochaine fois, tout en continuant ma petite aventure avec le couple Nemes/Rhaada ^^

_________________
Administrateur principal


Dernière édition par le 30/1/2007, 07:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Maegluin

avatar

Nombre de messages : 809
Date d'inscription : 15/01/2007

MessageSujet: Re: Chapitre 2. Swalinn   25/1/2007, 12:41

HRP: je poste au hasard. Je ne suis pas sur de la coherence de mon envoi ce soir. Je ne comprend pas bien c'est quoi Benelos?? c'est la première fois que je vois ce nom..

RP
Elle est venue seule. Trottinant avec l'élégance caractéristique et infatiguable de son peuple. Enorme. Grande comme un poney. Le pelage blanc lumineux et les yeux bleu profond de l’Arctique. Elle s’est avancée jusqu’à la porte principale de la grande cité des Hommes. Puis, s’est assise, bien en vue. Une Louve.
Averti par les hommes décontenancés et sentant la nature étrange de l’Animal Sacré, Thorwal s’est avancé. Quelques pas en dehors de la ville, juste traverser le pont au-dessus du fossé de la cité. Les gardes inquiets ont l’arc tendu, mais la Louve ne manifeste aucune crainte. Ni agressivité.

Thorwal évite de fixer l’animal dans les yeux, mais avance, fasciné par la profonde beauté de la bête. Le pelage blanc lumineux devient presque aveuglant. Un instant éblouit, l’homme détourne son regard. Quand il le ramène sur la Louve, celle ci a disparue. À la place se tient une femme. Belle. Magnifique même. Le corps nu est harmonieux, les seins petits, les muscles fins des jambes et du corps émouvant. Le port de tête est très sensuel. Animal même. Cheveux, sourcils et pubis sont blancs comme neige, mais les yeux, quoique bleus comme ceux des Hommes du Nord ne sont pas humains.

Assise, elle se relève, les long cheveux s’envolent dans le vent glacé qu’elle ne semble pas sentir.
Elle parle. Sa voix est douce, juste un peu grave pour une femme humaine, mais accroche les mots, comme si cette femme devait chercher loin en elle les mots, les sons, les sens.
-« Nous.. nous te Connaissons. Thor…wal. Les Meutes.. te Connaissent. »
L’homme ne répond pas, laissant la Femme-Louve continuer. Ses mots deviennent plus fluides à mesure que sa gorge semble s’habituer à les prononcer.
-« Les Meutes te saluent. Toi. Tu es le fils de Wulf-gard, l’Enclos des Loups, ainsi nommé car il donna aux nôtres le territoire des Landes Hurlantes comme fief, à la fin des guerres qui nous opposèrent jadis. Les Meutes reconnaissent ton lignage, fils de Wulfgard. »
-« Oui, et les Hommes vous reconnaissent la possession de ce territoire, Créature d’Odin. » Répond Thorwal.
-« Depuis des jours, les Morts et leurs Maîtres ont envahi nos terres. Ils ont fait couler le sang de mon peuple. Cela ne peut rester impuni. Cela va à l’encontre de la Nature. Les Morts doivent rester la nourriture des Meutes. Pas devenir leurs chasseurs. Nous savons, fils de Wulfgard, que tu réunis des Hommes pour combattre les Morts. Nous t’offrons notre Alliance pour ce combat. Toutes les Meutes du Nord du Monde répondent à mon appel et combattront avec toi. La chair des Morts sera nôtre. Alors seulement le sang de mon peuple sera vengé et nous retrouverons la paix dans nos landes et nos forêts. Déjà des miliers des nôtres arrivent vers ta cité. Les Landes Hurlantes, sont abandonnées et la cité des Hommes-Loups le sera bientôt. Contre l'armée des Morts, les Meutes ont compris qu'elles doivent s'allier, entre elle et avec les Hommes.»
Elle se tait un instant et semblant enfin sentir le froid du matin frissonne. Thorwal, bénissant les dieux que sa cape soit en fourrure d'Ours l'enleve et lui la tend. Avec un sourire radieux, qui révèle ses belles dents blanches aux canines peut-être un peu trop pointues, elle l'accepte et s'en recouvre.
-"Nous reprendrons nôtre territoire. Pour l'instant, la sécurité de nos petits nécessite que nous le quittions. Cela toujours prime. L'avenir des louveteaux est notre seule raison de vivre. Et les Landes Hurlantes n'offrent plus assez de protection. Les Morts et leurs Maîtres ont une trop puissante magie. Avec vous, nous les écraserons."
Thorwal hésite une seconde, envisageant l'idée d'un piège, d'un monstrueux mensonge. Il plonge son regard dans celui de la Femme-Louve. Indéchiffrable. Puis, suivant son instinct, accepte.

La belle inspire profondement, savourant l'air glacé et la réussite de son ambassade.
-"La sécurité des Louveteaux est notre seul but." répète-t'elle. Puis, resserrant la fourrure d'ours sur ses épaules humaines, elle lève alors vers le ciel son beau visage et hurle. Le hurlement du loup. Et des montagnes proches, des forêts et du monde entier dirait-on, les Meutes répondent… nombreuses et si proches.
Alors, lentement, les loups sortent de la brume et des bois et s'approchent de la cité des hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Chapitre 2. Swalinn   26/1/2007, 08:18

HRP: n'oublie pas que le général du roi Lug doit arrivé et tenter de te tuer. Je vais faire un petit massacre à Bénélos avant d'entreprendre un essaie par les montagnes chez les nains.

RP:
Rhaada commandait avec acharnement les troupes du Helheim face aux furtifs et puissants loup-garou de Letona. Les combats furent souvent rapide et sanglant. Les loups chargeaient par meutes entières sur les flancs de l'armée tandis qu'une pluie de flèches s'abattait sur eux. Le sol de la forêt bordant les Montagnes Enneigées furent rapidement joncés de cadavres de toutes sortes, baignant le sol d'un sang noirâtre nauséabond ou larve et insectes pataugeaient toute la journée, transportant maladies. Les derniers loups furent vite capturé par les forces de Rhaada, mais ils préférèrent se donner la mort de leur griffes plutôt que de vivre le déshonneur.

Rhaada profita d'une percée des forces pour atteindre le flanc des montagnes, un nain les accueillit alors, habillé d'or et de pierres précieuses:
"Le Nibelungen vous a dit vos droits. Odin est parmi nous. Retournez chez vous.
-Meurt créature des montagnes, pars rejoindre nos forces du Helheim."
Rhaada foudroya le nain de ses mains, un jaillissement de fumée sortit d'une cache de la montagne, laissant libre court à la fureur des nains, déversant une armée forgée d'acier et d'adamantium, de mythrill et de cuir de dragon.
Rhaada regarda longtemps l'armée fondre sur son armée. Il leva son poing en l'air et cria de toute ses forces, d'une voix inhumaine, glaçant le sang dans les veines:
"ARMÉES DU HELHEIM, BATTEZ VOUS JUSQU'AU DERNIER SOUPIR DE VOTRE AME !"

Ses troupes, déjà fatigué par les combats contre le Bénélos, chargèrent sans même penser à leur morts, comme si seule la mort de l'adversaire était un échappatoire. Rhaada fonça dans le combat, une épée électrique à la main, un bouclier à l'autre bras.
Le combat au Bénélos continuait toujours, les nains prirent rapidement l'avantage contre la troupe de Rhaada et les força à se replier derrière les frontière de la ville. Les nains mirent alors leur savoir faire aux services à la centaines de loup-garous survivants aux massacres.

Némès, suivit de sa soeur Nyx se dirigea vers la côté Ouest des montagnes. De temps en temps, elle vit des âmes voler dans le ciel, comme si ni Midgard, ni Helheim voulait d'eux. Elle pleura pour leur sort et souhaita que le combat soit terminé au plus vite.

_________________
Administrateur principal


Dernière édition par le 30/1/2007, 07:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Maegluin

avatar

Nombre de messages : 809
Date d'inscription : 15/01/2007

MessageSujet: Re: Chapitre 2. Swalinn   26/1/2007, 16:15

HRP. Excuse moi, je pensait que tu voulais t'en occuper toi même... OK. Je m'en charge.

RP
Sa mémoire est floue, son corps lourd. Il souffre, chaque pas est une torture, chaque respiration une agonie. Des Myriades d'aiguilles semblent d'enfoncer dans son crâne. Rien n'existe plus que cette douleur qui détruit toute résistance, toute volonté, l'empêche de penser, de se souvenir. Presque... Brennos...Lug...Ces mots flottent encore parfois à la lisière de sa conscience, estompant parfois la souffrance. Ils viennent avec une vision. Celle d’un homme qu’il aimait et admirait… Son roi ?. Son ami ?.Il le revoit gisant dans le sang, poignardé. Le sang, tant de sang. Il voit celui de ses amis coulant autour de lui. Celui de son armée mourrant sous les coups des Monstres. Le sang. Celui qui s’écoule des lèvres impies de cette créature maudite, cette femme démoniaque qui l’a vaincue et lui impose cette souffrance.
Brennos… Lug… Son propre nom. Celui de son Roi.
Au fond du chaos d’images et de sensations douloureuses qu’est son esprit, il se souvient à peine...Il était Brennos, Général en Chef des Armées de Bélénos… Son pays est mort. Son nom est mort. Son roi est mort. Il sent en lui un pouvoir qui le pousse. Une envie qui lui fait mal. Il doit trouver Thorwal. Trouver le Roi de Swalinn et le tuer. Alors la douleur et les visions disparaîtront et il retrouvera la paix… Il sent, il sait que cette femme maudite lui impose cette envie furieuse de meurtres... Mais il ne peut résister...

Après des jours de marche, sans manger ni repos. Il approche de la Ville. Swalinn. Il le sait. Ici se trouve celui qu’il doit tuer.
Il se joint au flot des arrivants qui entrent dans la ville. Une puissante armée se regroupe, il le voit. Brennos en éprouve un bref plaisir. Si ces gens pouvaient venger son pays…
Les gardes à la porte le laissent passer, lui et ses invisibles Compagnons-Morts. Sans même le remarquer. Il avance vers la Tour du Palais, remontant les rues, traversant la foule. Anonyme. À la porte, de la Tour, plusieurs gardes enfin l’arrêtent. Brennos n’a pas une hésitation. Un instinct le pousse sans erreur vers sa cible. Les mots lui viennent spontanément aux lèvres.….

Thorwal est dans son bureau de travail. Par Thor !. Être Roi lui prend vraiment tout son temps. Organiser les corps d’armée par Nation, en prendre le contrôle effectif sans vexer les chefs qui les commandent.. Recevoir les doléances des bourgeois… Préparer les plans de guerre avec les généraux et les espions…
« …Celui-ci, dit qu’il vient du Bélénos » , lui a annoncé Sven. « Il a des renseignements sur l’armée ennemie, sur les techniques de combat.. ». Thorwal jette un regard rapide sur l’homme encadré de trois gardes que lui montre son ami. L’individu est de taille moyenne, entre deux ages, rouquin, la barbe grise et incroyablement pâle. Livide même. Sa tunique déchirée et la cape rapiécée qu’il porte sur l’épaule sont en effet de fabrication celtique. On dirait même des vêtements d'officier... Comment cet homme a-t-il pu arriver jusqu’à Swalinn ?. Se demande-t’il. C’est Sven qui répond, devançant la question de son roi.
-« Il serait arrivé par la mer, fuyant la guerre. Son navire aurait échoué à deux jours de marche d’ici... J’ai envoyé vérifier. Mais ce qu’il raconte est intéressant. »

Brennos exulte. Sa cible est là, devant lui. Cinq personnes seulement dans cette pièce. Trois gardes, ce capitaine d’age moyen et le Roi Thorwal qui a posé son épée le long du mur, derrière lui !...
Il se tourne légèrement vers ses compagnons. Onze Morts en armes attendant, invisibles jusqu'au moment de frapper, son ordre…

Un bruit de pas précipités dans la pièce d'a-côté. Il faut agir maintenant.
D’un geste rapide, il repousse le garde le plus proche, lui arrachant son glaive et bondit vers le roi…l’épée levée pour frapper…

… Un choc dans le dos, une douleur aigue dans le bras. Il tombe, heurtant le bureau. Dans sa chute, il voit la Louve énorme qui lui a sauté dessus, lui arrachant le bras droit et son arme. Il perçoit le mouvement du roi qui se précipite sur son épée, il entend les cris des gardes… que font ses compagnons ?. Brennos essaye de regarder. Dans le fond de la pièce, les gardes et d’autres loups combattent ses Compagnons redevenus visibles. Il hurle de fureur. Il doit se relever et tuer le Roi. Il le faut absolument…
… L’instant d’après, les crocs de la Louve se referment sur sa gorge…

Tout est terminé. Thorwal est debout, son épée inutilisée à la main. Le celte gis sur le sol. la gorge déchiquetée. Onze cadavres, étrangement décharnés et sans peau, s'entassent au fond de la pièce, leur sang rougissant les crocs d'une douzaine d'énormes loups gris et les épées d'autant d'homme.
-"Comment avez-vous su ?" demande-t'il à la Femme-Louve. Elle se tourne vers lui, essuyant de sa main le sang sur ses lèvres. Elle lui sourit. Si belle, si parfaite dans sa nudité sauvage.
-"Les yeux des Loups ne voient pas comme ceux ces Hommes et nous savons sentir... Cet homme puait comme les Morts que nous avons combattus dans Les Landes. Une puanteur que nous avons suivie à travers la Cité-des-Hommes jusqu'ici."
Elle passe une main dans ses longs cheveux de neige, comme avec coqueterie.
-"Les Morts peuvent vouloir recommencer. Les Meutes veulent que tu restes en vie, fils de wulfgard...Je vais rester à tes côtés désormais et te protéger".
Elle regarde vers Sven, qui semble avoir du mal a ne pas détailler trop ouvertement son anatomie et avec un petit rire étouffé murmure à l'oreille de Thorwal:
-"Il me faudra peut-être une tunique...ou une robe."


Dernière édition par le 7/2/2007, 08:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Chapitre 2. Swalinn   27/1/2007, 03:22

RP:
Némès sentit au tréfonds d'elle la mort du général ainsi que de ces larbins. Son plan a échoué, mais cela n'est rien face à la surprise qu'attend le Swalinn. Les Océanides parcourent les mers bordant le pays, chantant les louanges des marins, les précipitant vers les fonds de leur voix douce et mélodieuse. Les Lampades, les nymphes de la nuit, parcourent dans le noir les rues des villes et villages en prostitués, tuant leur client à la moindre occasion.

Némès et Nyx rejoignirent la côte Ouest des Montagnes Enneigés. Les troupes arrivaient en continue en ce lieu, des centaines de bateaux furent construit sur les bords de la mer. La plage n'était plus qu'un immense chantier, effervescent, grouillant. La forêt côtière fut rapidement mise a sac par les bucherons et le bois vint rapidement à manquer pour la construction des navires. Les Landes Hurlantes fut piller de part en part. Les forêt furent dévasté et les champs furent brulés et aménagés en terrain d'entrainement pour les nouvelles recrues.

Aux portes de Letona, Rhaada réorganisait l'armée en vue d'une prochaine attaque. Les catapultes naines bombardaient sans relâche ses troupes, les écrasant sous de lourd bloc de granite et déchirant les aménagements de défense comme des fétus de pailles. Mais l'armée du Helheim ne faiblissait pas. Les escarmouches firent maintes et maintes victimes parmi les deux camps, affaiblissant de plus en plus le Nibelungen. Le forçant à se retrancher dans ses murailles, à combattre dans ses murs en certains lieux stratégiques.


HRP: je ferais mon assaut chez les nains a la prochaine fois... vive le seigneur des anneaux lol!

_________________
Administrateur principal


Dernière édition par le 30/1/2007, 07:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Maegluin

avatar

Nombre de messages : 809
Date d'inscription : 15/01/2007

MessageSujet: Re: Chapitre 2. Swalinn   27/1/2007, 13:53

Drurarnn est satisfaite. Les mages islandais ont amenés avec eux trois Grand Sortilèges. Et les rituels du premier sont terminés.
Au milieu de la clairière sacrée, l’assemblée s’est tenue. Une centaine de prêtres et de magiciens ont participé. Tout autour, dans la forêt surveillent de nombreux gardes et des loups. Thorwal a insisté pour que les religieux soient protégés en permanence.
Les rituels sont terminés.
Le sang des boucs, des taureaux et d’un cheval de guerre a coulé sur l’autel. Selon un ordre et des pratiques religieuses et magiques compliquées.
Les chants sacrés se terminent aussi. Répétés depuis des heures au rythme des préparatifs.
Drurarnn est portée au centre de la clairière par deux jeunes prêtres. C’est à elle, Sainte Prophétesse d’Odin d’invoquer la prière au dieu qu’ont élaboré les magiciens.
Elle oublie la douleur de son vieux corps et sa voix s’élève vers les cieux, hésitante d’abord puis plus forte au fur et à mesure que son âme s’imprègne des mots…
« Ô Seigneur Odin, Dieu du Ciel et des Tempêtes.
Daigne écouter la prière de tes Serviteurs.
Le monde souffre sous la colère des Morts
L’Helheim tout entier se dresse contre nous.
Nous te conjurons.
Accorde à ceux qui ici meurent, le séjour en ton palais
Que le Walhalla accueille ceux qui sont mort l’épée à la main
Et qui ont combattu pour le service
Que ce soient des Hommes ou de l’Helheim
que provienne leur âme… »


Elle recommence, inlassable. Des heures durant. Les prêtres et mages reprennent avec elle en un chant lancinant qui monte vers les cieux…vers Asgard… et Odin… qui accepte.

Voilà, pense Drurarnn. Maintenant, chaque mort pendant ce conflit aura une nouvelle chance d’accéder au Walhalla. Même les malheureux qui servent l’Helheim. Eux aussi viendront augmenter la puissance des dieux au détriment de leurs ennemis. Si Ragnarok doit survenir Odin aura des armées inépuisables de guerriers à opposer aux forces du mal. Un instant, elle a une hésitation. Et si les dieux les avaient tous manipulés dans ce but : récupérer dans leurs armées toutes ces âmes de guerriers ?. Mais elle se reprend vite.

Et dans son palais, au cœur d’Asgard, le dieu a le sourire. Comme pour toute divinité, ses desseins sont impénétrables pour les Mortels, et si parfois ils nous gratifient de leur Parole, leurs vraie pensées nous sont à jamais cachées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Chapitre 2. Swalinn   30/1/2007, 07:11

RP:
Rhaada dirigeait farouchement ses troupes à la lisière des Montagnes Enneigés. les nains du Nibelungen résistait depuis déjà de longues semaines aux assauts répétitifs du sorcier. Jamais encore il n'avait ressentit une telle frustration, un tel désire de mort et de massacre. Ses yeux rouges sang reflétait plus que jamais son origine démoniaque, l'air crépité d'électricité à ses alentour. Personne n'osait plus l'approcher.

Par un matin enneigé, lui et ses hommes sortir des buissons et des cachettes et donnèrent l'assaut à la montagne. Les souterrains nains, depuis longtemps à découvert par le bombardement incessant. L'effet de surprise fut vite atténuer par la résistance de la défense naine. les escarmouches ne durèrent pas plus d'une demi-heure avant que la garde Nibelungen ne vint en renfort et finir le travail.

Rhaada ne perdit pas de temps, les batailles sur le front tout juste terminés, il ordonna l'attaque général de sa voix puissante:
"Helheim ! Battons-nous jusqu'au dernier"

La voix vibra même par-dessus les montagnes, à travers champs et mers. Nemes entendit son fiancé, elle commanda alors la mise en mer des bateaux. Des centaines, voir peut-être même des milliers de bateaux mirent alors les voiles et longèrent la côte.

Rhaada, le poing en l'air, courut vers les Montagnes. Une grande partie de l'armée naine se trouvait encore à proximité des fosses d'entrée. Une pluie de naphte s'abattit alors sur eux, envoyée par la multitudes de Scorpion attendant leur heures depuis une semaine. Le corps des nains brulèrent sous leur épaisse cotte de maille, provoquant cris d'épouvantes et d'incompréhension.
Rhaada chargea le premier. Une épée d'éclair apparut en son poing, il trancha une tête sans effort avant de la planter dans le visage d'un autre. Morts et autres serviteurs du Helheim arriva sur les lieux, de toutes parts des Montagnes Enneigés, les combats redoublèrent d'intensité, creusant les défenses naines comme du pain.
Rhaada entra dans la fosse, brisa un casque dans son poing et déchainant des vagues d'éclairs dans toute la pièce. Les nains du Nibelungen moururent par milliers, les forces du Helheim prirent peu à peu possession des lieux. Il n'y eu aucun prisonnier, les corps furent aussitôt remonter à la surface, servant de chairs à canon pour les Scorpions. L'armée du Helheim s'aventura au coeur des montagnes, mourant sous les pierres, les pièges et autres secrets connu des seuls nains. Les combats furent rude dans les villages. Les femmes et les enfants furent tuer sur place avant d'être empaler. La progression fut extrêmement lente tandis que les navires de Nemes voguaient au large du royaume de Swalinn, des milliers d'hommes et de démons a leur bord.

Au Sud du Grand Désert, un peuple migre en direction du Nord. Des croix grandes comme deux hommes sont tenues par des hommes en toge sombre. Des hommes à l'habit blanc et pur dirigent cette armée de fanatique. Cinq. Cinq rois se sont unis.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Maegluin

avatar

Nombre de messages : 809
Date d'inscription : 15/01/2007

MessageSujet: Re: Chapitre 2. Swalinn   30/1/2007, 16:30

HRP:
Une petite incursion dans ton domaine le temps de te donner des nouvelles du moral de tes troupes. Un sondage parmi les sergents de ton armée, colonne vertebrale de tes forces. Dessous l'humour peut-être maladroit, se dissimule quelques elements importants...

RP:
Bâshurabaâl, archidémon du 3ème cercle a le blues. Décidemment, rien ne va bien !!.
Déjà quatre mois à crapahuter à la surface de Midgard. Ça commence à le gonfler. Grave…

Au début, non, y-a pas à dire c’était cool. Il était enthousiaste comme tous les démons. Aller bouffer de l’âme humaine directement à la source, c’était tentant. Il s’était concocté une allure, un corps sympa pour la guerre : Trois mètres de haut, un et demi de largeur d’épaule, avec des muscles qui ne seraient jamais dans le moindre dictionnaire. Une queue en fouet, hérissée de pointes et terminée par une lame acérée, une paire d’aile de chauve-souris très classique dans le dos. Le tout recouvert de grosses écailles blindées.
La tête surtout, il l’avait élaborée : deux paires de cornes immenses, un groin effrayant avec deux superbes défenses d’un mètre de long, tranchantes comme des rasoirs…

Le problème, c’est que tout ça, c’est encombrant !
On y pense jamais assez, quand on se fabrique un corps pour la surface, que l’on peut pas le changer ensuite…

Les cornes d’abord. Au début, super. On s’amuse avec les amis à y embrocher les humains des Villages du Bélénos. On fait même des concours à celui qui fait les plus belles brochettes… Mais pour la forêt c’est galère, ça se prend dans les branches en permanence… et on parlera même pas des tunnels et cavernes !!.
Les défenses ?. Même chose. Au départ il s’en servait comme décapsuleur, pour faire sauter la tête des humains et boire leur âme, tranquille. Un petit délire perso… Les collègues étaient même jaloux. Maintenant, c’est surtout des trucs lourds qui l’empêchent de bien se déplacer et qui lui tirent la mâchoire vers le bas, l’obligeant en permanence à forcer pour relever la tête . Total ?: Un mal de crâne à perpétuité.
La queue ?. Parlons-en tiens !. T’as déjà essayé de t’asseoir sur un machin plein de pointe ?. Une fois sur deux il se pique le fessier !.
Les ailes ?. Ouais sympa. Mais bon, trop petites pour voler longtemps et dans les tunnels ça le fait pas. Et puis, les écailles blindées c’est trop lourd pour un bon aérodynamisme…
Et être assez con pour terminer tout ce corps par une paire de sabot de bouc !!. Il s’en mord les doigts et les griffes. Les boucs et tout ce qui marche sur sabot c’est quadrupède !. C’est pas pour rien !. Tout ce poids, répartis sur deux pattes et une surface trop petite, lui donne des douleurs et des courbatures à répétition.

Car il faut marcher un maximum dans de conflit. Et puis, depuis le Bélénos les choses tournent vinaigre…
Les Celtes d’abord, qui se mêlent de ressusciter leurs morts pour les faire combattre à nouveau. Nos troupes y ont perdu des plumes. Et comme ils sont morts l’arme en main ceux-la, pas question de pouvoir leur bouffer l’âme. Direct pour les Walkyries et Odin !.
Les Tunnels qui s’effondrent ensuite dans les Landes Hurlantes et sous la cité de Swalinn. Bien failli être renvoyé direct en Helheim sur ce coup. Â peine eu le temps de s’enfuir par une cheminée. Des tas de potes n’ont pas eu cette chance et ont replongés dans les trous d’âme.
Et chacun sait qu’il vaut mieux y retourner tout seul en Helheim plutôt qu’y être réexpédiés par la mort du corps. On peut au moins garder son statut au lieu de recommencer tout en bas de l’échelle comme diablotin du Premier Cercle. Comme larbin des trous d’âmes pendant des millénaires…

Tiens, parlons en aussi de ces Trous d’Âmes. Depuis que les dieux ont cassé les sceaux, les Démons qui meurent ne peuvent plus remonter en surface et les âmes des mortels s’en échappent en flots continus.
Et ils font quoi les chefs ?? Au lieu de s’occuper de récupérer ces âmes et réparer le passage entre Midgard et Helheim, ils continuent leur guéguerre …
Et mal en plus !!. Incapables d’obtenir vraiment l’aide des Géants, malgré ce qu’elle avait promis l’autre. …Et leur dernier truc ?. Nous faire passer par la mer. Comme si on pouvait faire confiance à ces saletés de Nymphes. Les Oceanides c’est pas fiable !. Ça sert autant aux dieux qu’aux démons. Non, la moitié des démons refusera de se risquer sur l’Océan...Surtout pour des chefs même pas foutus d’impressionner des nains et de les convaincre de nous laisser passer.

Il faut dire que son apparence d’Humaine n’a rien d’impressionnant à Modgud. Ça lui donne même faim à Bâshurabaâl cette allure d’humaine. On croirait même sentir une âme en elle. Une âme d’enfant… de bébé à bien y réfléchir… Bizarre…
Enfin bref !. Elle l’énerve la Modgud à minauder et jouer aux amoureuses avec son sorcier-démoniste. Ce Rhaada !!.
Celui-la, avec ses grands airs, il va finir par lui arriver des bricoles. Un sorcier, même très fort comme lui, devrait plus se méfier et respecter les démons qui l’entourent…Après tout, un sorcier, ça a une âme. Et succulente même, d’après ce qui se raconte. Alors, il vaudrait mieux pour lui qu’il file droit et pense à s’occuper de son armée !.

L’armée. Il l’oubliait celle-la !!. Des gargouilles décérébrées, des démons blasés et une Horde de Morts stupides. Des âmes humaines qui ont préféré servir dans la troupe plutôt que comme beefsteak. Pas les plus intelligents ni les plus courageux du genre !.
Pensez !. Hier encore, il en commandait une section dans les premiers couloirs de Bali-khazad, la cité des nains. Un vrai labyrinthe soit dit en passant. Impossible de s’y retrouver, même à l’odeur. La même odeur de nain partout. Bon. Bref, il était dans les couloirs à s’emmerder à essayer de passer ses cornes et sa grande carcasse dans des espaces prévus pour des nabots, quand ils sont tombés dans un piège. Une salle aux miroirs. Pas un ennemi mais des miroirs magiques déformants qui ont trompé les zombies de sa troupe. Total les voilà qui s’attaquent les uns aux autres. Et impossible de casser quelque chose de forgé par ces Nibelungen !. Il avait perdu la moitié de sa troupe ce jour-là, avant d’arriver à leur faire comprendre et qu’ils arrêtent.
Vraiment trop cons quoi !. À se demander s’ils ne le font pas exprès de se massacrer entre eux, histoire de filer chez l’autre Borgne. Vu qu’y paraît qu’il a accepté de donner une deuxième chance aux âmes mortes.
Mais, bon. Il n’était pas le seul à avoir eu des problèmes avec ces pièges : Ces couloirs qui tournent sur eux même ou se remplissent brutalement d’eau, ses dalles qui se referment sur les troupes pour les écraser…

Non, décidemment il en avait marre de cette guerre. Il rêvait de vacance. Un petit coin de l’Helheim, un petit trou d’âme personnel avec des damnés à gentiment supplicier…Ou à bouffer lorsqu’on à faim !.
La bouffe, tiens !. Sacrément diminuée en qualité depuis le Bélénos. Les humains sont tous cachés ou en fuite vers Swalinn ou plus loin encore. Plus un seul village innocent où se gaver de femmes, d’enfants et autres non-combattants. Les loups ?. Bof… Une âme animale ou à demi humaine si on a le pot de tomber sur un garou. Pas le moindre goût. Les Nains ?. Pas d’âme ces nabots !!. Il en a goûté une dizaine hier, leur décapsulant la tête comme à l’accoutumé. Rien de nourrissant. Et leur chair est dégueulasse !!.
Et puis, avec toutes ces âmes qui s’enfuient de l’Helheim, il se sent de plus en plus faible.

Non, vraiment.
Bâshurabaâl, archidémon du 3ème cercle a le blues. Décidemment, rien ne va bien !!.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Chapitre 2. Swalinn   2/2/2007, 03:30

RP:

Némès avait réuni le conseil démoniaque. Elle était alarmé des taux de fuyard dans ses troupes. Mais, ce qui l'empêchait de dormir était la nouvelle menace qui se profilait à l'horizon Sud. De plus, les problèmes au Helheim réduisait les forces de ses sujets.
La grande table en forme de pentacle apparut au centre de l'assemblée, des cierges cernaient la table. Des grandes chaises, baroques, occupé chaque extrémité de l'étoile. Némès se tenait sur la plus haut branche, celle couronnée d'un cercle d'un blanc immaculé. Chaques pointes se terminaient par un cercle de couleur. Noir pour Baal, Bleu pour Leviathan, Rouge pour Lucifer et Vert pour Béhémot. Les quatres démons se saluèrent avant de s'incliner devant Modgud, la démone des démons, celle qui fit naitre leur race. Ils s'assirent et attendirent que leur maitresse parle.

"Prince démon, je vous ai réuni ici pour vous faire part de mes doutes, de mes inquiétudes. Mais n'ayez crainte, rien de bien important. Je vous tout d'abord que chacun d'entre vous m'annonciez votre rapport."

Baal, un démon grand comme un arbre, aux ailes noires et crochues, à la peau aussi sombre que la nuit, se leva et commenca son recit dans le language des Morts:
"Mes troupes se fatigue. Nous avons totalement envahi les Landes Hurlantes, plus aucun loups ne viendra sauter sur nous. Pourtant, je ressens encore leur sale odeur de chien. Elles proviennent par-dela des montagnes. Ils sont chez les Hommes, il n'y a pas de doute. Les âmes du Helheim s'échappe petit à petit Modgud, nous ne tiendrons plus très longtemps.
-Je le sais. Garm et Hraesvelg s'occupent de réparer les dégâts des Dieux, un puit est déjà reparé, les six autres le seront en temps voulu.
-Bien ma reine."

Baal s'inclina et se rassit. Leviathan, un créature mi-homme, mi-poisson se leva alors et conta d'une voix froide et envoutante:
"Les bateaux sont pres à partir, mais certains démons mineurs ne souhaitent pas faire parti du voyage. De plus, les Océanides font autant de dégâts de notre côté que du leur. Elles ne savent pas reconnaitre la provenance des bateaux et coulent tout ce qui passe sous leurs yeux. Nos pertes materielles ne sont rien devant la peur de mes hommes de prendre la mer. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée ma reine... en plus, des bateaux provenant du Couloir d'Eau commence à menacer grandement nos projets. leur coque est dur comme le cèdre et leur navire sont aussi gros que dix des notres.
-Je te remercie Leviathan, mais nous devons continuer notre plan, sinon tout echouera et les Dieux nous renverrons au Helheim aussi faible qu'un mortel."

Se fut au tour de Lucifer de faire son topo. Il avait pris la forme d'un homme d'une rgande beauté, mais aux airs démoniaques, aux traits avides et pervers.
"Les Montagnes Enneigés nous posent beaucoup de soucis ma reine. Les nains ne sont pas de bonnes nourritures et leur piège cause de grave soucis dans nos rangs. Nous ne pouvons pas continuer notre périple dans ce monde. Regagnons la surface et voyageons pour les cols.
-Bien, je te fais confiance. Puisse le Mal vous soutenir dans votre traversé."

Enfin vint Béhémot, un grand ours beige, aux griffes et aux dents de la taille d'un chat. Sa voix rocailleuse faisait trembler le sol:
"Les chrétiens montent peu à peu vers nous. Je fais de mon mieux pour provoquer le plus de catastrophe chez eux. J'en ai invoqué la Peste Noire, mais rien n'y fait, leur Dieu Unique les protège. j'ai bien peur que nous ayons à faire à un nouveau ennui externe ma Reine. Nous ne pouvons les laisser plus longtemps en vie sans craintes en raliement des Pays du Sud et une guerre sans fin. j'en fait appelle à vous pour contrer cette attaque au plus tôt et nous remettre après à notre tache.
-Bien, je vais réfléchir à tout ça, je vous contacterez plus tard. Regagnez vos postes et continuez comme si de rien n'était. Nous allons vaincre les Hommes, n'oubliez pas que ce monde nous appartient de droit.
-OUI MA REINE !" Repondirent-ils tous en coeur.

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Maegluin

avatar

Nombre de messages : 809
Date d'inscription : 15/01/2007

MessageSujet: Re: Chapitre 2. Swalinn   3/2/2007, 10:44

RP
Swalinn. La Citadelle Haute. Les appartements royaux.
Deux pièces : une chambre et un cabinet de travail. Des murs de pierre couverts de tapisseries de Brittonie, et des fourrures de trophées de chasses. Dans la chambre, un grand lit bas et des coffres pour tout mobilier. On est loin du faste de la mythique Rome, le roi actuel a des goûts simple. Dans l’autre pièce, une table-bureau, des fauteuils de bois, une armoire aux cartes. Celle de la région est ouverte au milieu de la table-bureau, derrière laquelle est assis Thorwal. Il a convoqué les principaux chefs de son armée.
Outre le Roi, sept hommes participent à cette réunion.

Harald Leifsson, immense Norviking roux et barbu, vêtu de fourrures d’ours et arborant de multiples bracelets et colliers d’or est debout devant la table. A sa ceinture, une énorme hache de guerre que deux hommes normaux auraient du mal à porter. L'incomparable marin, que ses voyages ont conduit presque partout dans le monde connu, explique montrant la carte.

-« Roi Thorwal, l’ennemi a préparé une grande flotte. En face des îles Shet. Au nord des Montagnes Stériles. Ils vont tenter d’éviter de traverser les passages dangereux des cols à une partie de leur armée. Pour nous attaquer par la mer. On en a affronté quelques-uns de ces navires, il y a deux jours. Piètres marins que ses démons et leurs bâtiments sont mal conçus. Mais les eaux qu’ils parcourent deviennent dangereuse. Les Océanides, les filles d’Aegir s’agitent sous les flots, déclenchant des tempêtes soudaines qui font couler les navires. Heureusement que rien ne tient la mer, même déchaînée comme nos Drakkars. Par contre, les marins venus du Belenos et de Brittonie qui nous renforcent, ont perdu beaucoup par leur faute…
Quoi qu’il en soit. Ils tenteront de nous attaquer bientôt par le port. Ça signifie qu’ils devront essayer de pénétrer dans le fjord de Swalinn…. Sans en connaître les pièges et les récifs… »

-«Le fjord qui mène à Swalinn est long et étroit. Les garnisons des falaises, les catapultes et archers les décimeront quand ils entreront dans les passes du fjord. Les ordres ont été donnés et entendus Mon Roi ». Reprend Sven en ricanant d’avance.

-« Très bien. Continuez vos explorations et votre harcèlement de leur flotte. Les démons doivent savoir que les eaux de l’Océan des Glaces appartiennent aux Viking. Embarquez avec vous les Shamans de nos amis Lapons. Leur maîtrise des vents vous aidera à sortir des tempêtes.» Ordonne Thorwal avec un geste de remerciement envers le petit homme aux yeux bridés, au bonnet de laine coloré, vêtu de peau de rennes, assis à la gauche de Leifsson.

Puis d’un mouvement de la tête, il donne la parole au chef suivant : Rudolf Erikson, Daneviking, maître de la cavalerie et des forces terrestres. Un jeune et nerveux blond moustachu à la maigreur impressionnante. Nombreux furent ceux qui ont sous-estimés cet homme. Et l’ont défié. Plus rares ceux qui ont survécus à un duel à cheval ou à pied… Infiniment plus rares.

-« Les espions rapportent que l’ennemi a cessé ses agressions contre les nains. Ce qui est une mauvaise nouvelle pour nous. Les Nibelungen les retenaient bien. Ce qui signifie qu’ils tenteront soit de passer par la mer toutes leurs forces, soit se risqueront dans les passages des multiples cols des Montagnes Stériles. »

-« Ils auront du mal à cette saison. Certains cols sont inabordables, bloqués par les neiges. On raconte même que les Thurses, les Géants du Givres, qui n’ont aucun ami et aucun esprit, hantent ces défilés l’hiver. De toute façon, les Défilés des Avalanches, les Monts aux Crevasses Cachées, et les Congères Courantes sont particulièrement traîtres en ce moment. Et quand ce qui restera de leurs forces glissera, dévalera en bas du glacier du Col des Jambes Brisées, nous les recevrons. » Confirme son adjoint. Un grand Sweding à la peau pâle comme le lait constellé de taches de rousseurs.

-« Bien. Les préparatifs religieux sont-ils terminés ?. Les offrandes aux Dieux aussi ?. Et cette magie que vous nous promettez?. » S’inquiete Thorwal, s’adressant au prêtre âgé, discrètement bedonnant et à moitié chauve qui accompagne les guerriers. Kurd Haraaldsen, serviteur d’Odin et envoyé directement par la Sainte Prophétesse Drurarnn.
L’homme vêtu d’une robe blanche, parure de femme toujours étonnante et sujette aux railleries chez les Viking, semble mal à l’aise dans cette assemblée guerrière. Il met quelques secondes à répondre, D’une voix de fausset.

-« Oui, Mon Roi. Les préparatifs magiques progressent et seront près à temps. Mais notre Sainte Prophétesse demande votre visite auprès d’elle. Dès que possible. D’urgentes révélations doivent vous être communiquées par l’Elue d’Odin elle-même. Et je ne puis en dire d’avantage.»
Ayant terminé, le prêtre garde ostensiblement le regard baissé, n’osant affronter celui de son roi. Un long moment, celui-ci dévisage le vieil homme, hésitant à se mettre en colère.
-« Je n'aime pas ces sorcelleries, mais, par respect envers Odin j’irai voir Drurarnn…"Finit-il par dire.

Puis, après un instant de silence, Thorwal se tourne vers un Homme-Loup dont la taille moyenne et les longs cheveux et poils noirs le démarquent de ce groupe de Nordiques blond-roux. Noir. C'est le nom qu'il a donné aux Humains. Assis entre le Lapon et Rudolf Erikson, lui semble parfaitement à l'aise. malgrés l'absence de toute arme et ses vêtements réduits à une simple culotte de cuir. Il regarde le roi tranquilement de ses étranges yeux dorés.

-"Que disent les Nibelungen ?. Nous laisseront-ils passer par leurs souterrains pour attaquer ces démons en surface?. Joindront-ils nos armées en une vaste alliance contre l’Helheim ? »

-« Non, les Nibelungen ne veulent pas d’alliance avec les Hommes. Ils disent que Les Meutes pourront à tout moment se réfugier dans les cavernes de Bali-Khazad, mais ne veulent rien avoir à faire avec les Hommes. Nous sommes désolés. Les Meutes sont désolées de ne pas avoir pu convaincre les Nibelungen…"

-« Dommage, nous ne pourrons pas les attaquer donc. Nous-même ne pouvons arpenter les Montagnes Stériles en cette saison. Mais vous, que ferez-vous ?. Pouvons-nous toujours compter sur votre Alliance, maintenant qu’un Asile sur vous est offert au Svartalfheim ? »
Un instant, la question reste comme suspendue dans les airs, un sentiment de cruelle déception commencant à étreindre le cœur des humains présent.

C’est depuis le pas de la porte de la chambre royale que vient la réponse.
-« Les Meutes ont donné leur parole. Notre destin est lié à celui des Hommes. Nous resterons à tes côtés, fils de Wulfgard ».

Et, devant le regard médusé des guerriers présents, la superbe Femme-Louve aux cheveux de neige, à peine vêtue d’une couverture légère, abandonne la chambre royale où visiblement elle a passé la nuit et s’approchant du bureau, passe un bras possessif sur les épaules du Roi de Swalinn, en un mouvement sans équivoque. Celui-ci la laisse faire, sans sourciller.
Appuyant ses propos d’un long regard de défi adressé aux vikings stupefaits, elle répète.
-« Nos Destins sont liés. Désormais »

HRP: y a pas de raison que tes héros soient les seuls à s'amuser...au fait, l'odeur du bébé de Némès va finir par affoller les narines sensibles des démons...Ca donne faim les odeurs d'âme infantiles....


Dernière édition par le 6/2/2007, 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhadamante

avatar

Nombre de messages : 2674
Age : 32
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Chapitre 2. Swalinn   6/2/2007, 10:31

HRP: j'vais faire entrée en scène les Chrétiens maintenant... on pourra alors passé au chapitre 3

RP:
Au Sud des plaines, les hommes à la tunique sertie d'une croix rouges continués leur périples vers les contrées du Nord. Cinq hommes dominent la colonne innombrable de guerriers. Le pape Grégoire VIII, Richard Cœur-de-Lion, Philippe Auguste et Frédéric Ier Barberousse. Un dernier homme, encapuchonné dans un lin blanc, à visage caché dans un masque de métal, se tient légèrement en retrait du quatuor de tête. Sa tête penche dangereusement sur le côté. Ses poings et ses bras sont enveloppés dans un épais tissu de coton blanc. Des taches rouges ponctue le tissu en divers endroit, du sang séché durci et craquèle. La route est encore longue avant d'atteindre le Nord du royaume de Frédéric Ier dit Barberousse. Mes les chevaliers et pèlerins sont pieux et pourront soulever terres et mers pour retrouver le saint Graal.

A l'autre bout du Saint Empire Germanique, à des centaines de lieux au nord, les troupes du Helheim se fatigue contre les éléments. Des troupes tentent de franchir les Monts Enneigées sans grand résultat. Les navires sont proies à d'étranges renversement de situation, la magie des nymphes à l'air de s'épuiser. Des troupes contourne les Montagnes à l'Est, espérant trouvé un passage moins dangereux. Mais ils ne font que continuer leur périple, s'avançant de plus en plus dans le monde slave. Un monde étrange où le Helheim n'a plus aucun droit, où la multitude de dieux protège les femmes et les enfants en sauvant leur âme.

Némès est déjà à son 6eme mois de grossesse, son ventre dodu et ses effluves de sueur désoriente de plus en plus de démon. Elle a beaucoup de mal à faire entendre ses droits et ceux de Rhaada sur son royaume. Il tombe petit à petit en morceaux, les démons voulant leur indépendance, des rebellions naissent dans les Plaines Hurlante. Némès sent un grand danger arriver au loin, elle sent le Dieu Unique grandir de plus en plus, tandis que les combats font rages entre les hommes, les nains, les loup-garous contre les démons.


HRP: dsl c'est un peu cours mais j'ai de moins en moins de temps

_________________
Administrateur principal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roles-et-legendes.bbfr.net
Maegluin

avatar

Nombre de messages : 809
Date d'inscription : 15/01/2007

MessageSujet: Re: Chapitre 2. Swalinn   6/2/2007, 14:49

RP
Une simple maison de bois, non loin des murailles de la cité. Trois pièces aux sols de terre battue, une salle commune et deux chambres. La demeure de Drurarnn.
Des prêtres et prêtresses les ont accueillis à l’entrée de la maison et dans la pièce commune. L’une d’entre eux les a fait pénétrer dans la chambre.
Tordue sur un lit de bois, pailles et fourrures pelées et graisseuses est étendue Drurarnn. La maison, la chambre, la salle commune, la Sainte, tout empeste la saleté, la vieille sueur, les vêtements souillés, l’urine et les excréments. La maladie aussi.

Il est venu avec Elle. La Femme-Louve ne le quitte plus. Il y a quelques jours, après l’avoir sauvé de l’assassin celte et de ses Morts-Vivants, elle l’a rejoint dans sa chambre. Et son lit…repoussant les couvertures de fourrures pour s’allonger à ses côtés, nue et sublime. Son énigmatique sourire sur les lèvres. Elle a seulement dit : « Mon nom est Neige ». Avant de l’embrasser.
Une nuit inoubliable, d’amour sans retenue, sans tabous. Une nuit dont le souvenir chasse un instant le triste spectacle de cette demeure… Il la regarde. Ou plutôt, comme un paysage merveilleux, il la contemple : Ce matin, elle s’est vêtue d’une tunique légère de laine noire, qui laisse ses bras et ses jambes nus et chaussée de courtes bottines de cuir. Ses longs cheveux de neige flottent librement sur ses épaules. Elle est magnifique. Et visiblement, autant que lui, gênée par l’odeur ambiante.

-« Que me veux-tu Sainte Prophétesse ? » demande Thorwal.
La vieille chose desséchée et tordue de rhumatisme tourne vers lui son œil unique. Elle lui sourit, de cette grimace qu’il connaît, puis semble remarquer Neige à ses côtés.
-« Bonjour, enfant de Loki. Odin te connaît et respecte ton choix ». Cette phrase sibylline est accueillie par un sourire tout aussi énigmatique de la Femme-Louve.

Puis, Drurarnn reporte son regard unique vers Thorwal.
-« Tu ne vaincras pas les hordes de l’Helheim par les armes, Roi du Danevik. Pas par les armes. »

-« Comment alors ? »
Thorwal observe la prêtresse. Elle semble encore plus maigre et vieillie chaque fois qu’il la voit. La mort t’emportera bientôt vieille femme, pense-t’il. Sa voix, autrefois si étrangement envoûtante est plus faible. La respiration sifflante et difficile, les bronches encombrées. Mais l’œil qui le fixe garde toute sa lucidité.

-« Nos magiciens mettent en place plusieurs sortilèges subtils et puissants qui devraient te permettre de gagner du temps au cours des combats. Mais pour vaincre, tu devras posséder deux objets magiques. Deux talismans d’une puissance inégalée, qui nous donneront tout pouvoir sur les démons et sur les âmes damnées qu’ils commandent. »

-« Quel sont ces objets Drurarnn ?. Et où les trouver ? »

-« Entre les racines de l’Ygdrasil. À la lisière du Jötunheim, se trouve une fontaine particulière. La Fontaine de Mimir. Celui qui boit son eau acquiert une sagesse et une connaissance illimitée. Autrefois, alors qu’il parcourrait le monde, Odin s’arrêta au bord de cet endroit sacré. Pour une seule gorgée de cette eau, le plus puissant des dieux fit l’offrande d’un de ses yeux. Car c’est en acceptant de devenir borgne qu’il parvint à la véritable voyance. De cette mutilation vint son Ultime Connaissance du Monde et de son Avenir. Et son Pouvoir. Depuis, l’œil gît au fond de la fontaine… Quoique certains prétendent qu’il est devenu le Soleil même… Ou du moins l’énergie du Soleil…
Oui, Thorwal. L’œil du dieu, baigne dans la Fontaine de la Connaissance depuis des temps immémoriaux. Il a vu tout ce qui exista, existe et existera. Ce pouvoir, cette connaissance, il n’attend plus qu‘à le transmettre. C’est plus encore que l’œil d’un dieu. C’est le pouvoir de l’ultime magie. Car seule la magie pourra contrer les maléfices de l’Helheim.
Voilà, Roi de swalinn, le premier talisman qu’il te faudra obtenir. Le Second Œil d’Odin.»

-« Ce lieu, les racines de l’Ygdrasil… C’est un mythe. Comment un homme pourrait-il le trouver ?. Et je ne peux pas quitter la ville et mes troupes ainsi…»

-« Je peux arranger cela, Guerrier. Par un pouvoir ancien. Celui des rêves et des âmes. La magie des philtres et potions peut diviser ton âme en deux parties distinctes. La première restera ici, en toi, avec tes hommes. Tu continueras à guider tes armées. La seconde partie traversera les différents mondes, suivant les racines du Ygdrasil. Jusqu’à la Fontaine de Mimir. »

-« Et le second talisman ?. Quel est-il Sainte Prophétesse ? »

-« Le second. Il est sous la garde de Fenrir lui-même, sur l’ilôt de Lyngvi. C’est la main d’un dieu. Celui qui accepta de la sacrifier pour pouvoir enchaîner le puissant et malfaisant Fenrir. C’est la main que ce dieu a placé dans la bouche du Loup monstrueux, comme gage, pour lui faire accepter d’essayer de briser la chaîne Gleipnir, l’incassable. C’est la main que tranchèrent les crocs de la bête enchaînée par cette ruse.
Oui, Thorwal Wulfgardson. Depuis lors, nul ne la retrouvée car nul n’ose approcher de Lyngvi. Mais il nous la faut. Absolument. Oui, procures-toi la Main de Thyr, le Dieu de la Guerre .»

-« Tout cela est-il bien réel ?. Je connais, bien sur, ces deux histoires…mais il est si difficile d’y croire. Alors, pourquoi ferais-je cela, vieille femme ?: diviser mon âme. Et que ce passerait-il si je meurs avec cette âme tronquée ?. »

-« Si ton âme échoue dans sa quête et succombe aux dangers qui l’attendent entre les mondes; Ou si ton corps meure ici, avec une âme divisée. Alors ta mort sera complète. Et tu seras oublié du temps même. Le Walhalla ne t’accueillera que si tu es vainqueur et entier, Roi Thorwal. »
La Vieille s’interromps un instant. Elle semble avoir de plus en plus de difficultés à respirer et part en une quinte de toux déchirante, qui ne semble plus vouloir cesser.
Un instant, le roi hésite à appeler les prêtres qui chantent et prient dans la pièce commune, mais la toux se calme enfin et Drurarnn reprend :

-« C’est pour toi le seul moyen Thorwal Wulfgardson. Si tu échoues ou si tu refuses. Le monde des Hommes et Swalinn elle-même tomberont. Les démons de l’Helheim sont trop puissants. Tu ne pourras les vaincre par tes seules armes. »
Elle s’est tue. De longues minutes, le Roi est resté silencieux et immobile, debout dans la chambre de la prêtresse moribonde.
Risquer la mort, ou attendre la mort. Telle décision est par nature difficile à prendre…
Mais la nature des Vikings est dans l’action et le combat. Alors, avec un sourire, Thorwal accepte…

-« Va dans l’autre chambre, Roi de Swalinn . Bois de la coupe posée sur le coffre et allonges-toi sur le lit. Les prières et incantations magiques que tu entends dans l’autre salle feront le reste. A ton réveil, une part de ton âme sera partie »

Ainsi a-t-il fait. Neige s’est allongée à ses côtés. Avec son habituel demi-sourire, elle a bu de la coupe en lui répétant comme toujours :
-« Nos destins sont liés. Nos âmes sont liées fils de Wulfgard. » Il sent le contact chaud de son corps contre le sien, de sa tête sur son épaule, son bras sur sa poitrine... Et cette chaleur le rassure.
Au moment de fermer les yeux, de laisser son esprit s‘assoupir, il lui semble entendre encore Drurarnn, dans l’autre chambre. Comme dans un dernier souffle :
-« Si elle réussi sa mission, ton âme te rejoindra simplement le moment venu. Va !, mon Roi. Et rappelles-toi. Dans la Fontaine de Mimir, puis sur l’Ilôt de Lyngvi… Oui, Thorwal. Trouves et ramènes nous le Second Œil d’Odin et la Main de Thyr. »

Mais déjà le sommeil l’a pris…


HRP1. Les légendes de la Fontaine de Mimir et de la main de Thyr sont authentiques...Mais l'idée d'aller les chercher est de moi. Ce pouvoir devrait me permettre de cloturer le conflit honorablement pour nos personnages...

HRP2. Pas de soucis. prend ton temps pour ecrire comme tu le sens. Moi je viens de dédoubler mon personnage pour plus de facilité, je commence la Quête. Je sais: La Main et L'Oeil... ca fait un peu roman de M.Moorcock mais ce n'est pas ma faute si cet écrivain et moi utilisont la même source mythologique.

HRP3.Nous pouvons en effet terminer ce chapitre ici et en commencer un autre.

HRP4.Au fait, dis moi, tout les grand Roi-chevalier-croisés d'occident + le roi Baudoin de Jerusalem... Tres belle coalition. Un peu anachronique mais on devrai trouver une explication à l'irruption de personnages aussi "Historiques" dans notre Saga légendaire. Et je suis impatient de voir comment les armées de L'Helheim feront faces aux charges furieuses des Chevaliers Francs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 2. Swalinn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 2. Swalinn
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» Chapitre 1 : L'arrivée .
» Histoire de l'économie mondiale, chapitre 1
» ~ Chapitre I : Interprétation des rêves ~
» [CHAPITRE 4] Le monde des sorciers s'embrase.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rôles et Légendes :: L'Auberge (Section Rôle Play) :: Les Sagas :: La Saga de Thorwal Wulfgardson-
Sauter vers: